Après-midi ensoleillé tranquille à Sainte-Marie-de-Beauce, la ville mère des petits gâteaux Vachon. Marie, Michelle et Yollande, trois jeunes retraitées pimpantes, jasent au café-bar L'Infusion. Les trois femmes sont gênées. Elles ont oublié qui est le candidat péquiste dans Beauce-Nord. «Ça ne se parle pas, s'excusent-elles. Nous n'en voulions pas, d'élections.»

Émilie Côté
Émilie Côté LA PRESSE

Il faut dire que «guide de randonnée à cheval» est la dernière expérience professionnelle qui figure sur le CV de la jeune candidate péquiste Mireille Mercier-Roy. Et qu'en 2007, le PQ n'a obtenu que 8% des votes.

 

La course se joue entre le nouveau venu libéral Richard Lehoux et l'adéquiste Janvier Grondin, qui tentera de se faire réélire pour une troisième fois.

La Presse a approché une dizaine de personnes. «On peut vous parler des élections?» Les réponses: «Pff...» «J'ai rien à dire» ou encore «Oublie ça!»

«Allez voter»

Les candidats sont conscients du désintérêt des électeurs et mènent une campagne très «terrain». «Le gros problème sera de faire sortir les gens pour aller voter», souligne Janvier Grondin.

«Quand j'interpelle les gens, je leur dis d'abord d'aller voter», renchérit Richard Lehoux.

Comme dans la circonscription de Beauce-Sud, les deux candidats de Beauce-Nord se connaissent très bien. «M. Lehoux est un de mes copains. Je le connais très bien. Nous avons travaillé ensemble.»

Les deux hommes viennent du domaine agricole. M. Grondin a été maire de la municipalité de Saint-Jules pendant 10 ans. Quant à M. Lehoux, il était maire de Saint-Elzéar depuis 1998, et préfet de la MRC de la Nouvelle-Beauce depuis 2000.

En entretien avec La Presse, l'agriculteur de profession connaissait bien ses dossiers. Approché cet été pour être candidat, il ne cache pas que les élections sont arrivées plus tôt que prévu. «J'ai une bonne équipe autour de moi», souligne-t-il.

Aux dernières élections, Janvier Grondin a été élu avec une avance écrasante de 11 000 voix. Mais cette campagne est plus difficile que la précédente. «En 2007, les gens attendaient l'élection. Ils étaient réceptifs, indique le député sortant. Là, les gens n'en veulent pas.»

Dans Beauce-Nord comme dans Beauce-Sud, le prolongement de l'autoroute 73 et l'accès à l'internet haute vitesse sont des enjeux de campagne qui s'ajoutent à la «compétition» des régions ressources.