Un prochain gouvernement libéral aurait un conseil des ministres paritaire, comme c'est le cas depuis 2007. Jean Charest s'est engagé, mercredi, à nommer autant de femmes que d'hommes dans un prochain cabinet, advenant que les Québécois le réélisent le 8 décembre.

Mis à jour le 19 nov. 2008
Malorie Beauchemin
Malorie Beauchemin LA PRESSE

«Pour l'avenir du Québec, dans un gouvernement libéral, ce sera la parité», a-t-il souligné. Au moment de former son conseil des ministres, après le scrutin de mars 2007, l'avènement d'un premier cabinet paritaire dans l'histoire du Québec avait été grandement salué par les groupes de femmes.

«On a atteint un point maintenant où il y a suffisamment de femmes en politique, certainement dans mon parti, dans mon gouvernement, pour que la question de la parité soit une question qui est décidée pour l'avenir», a estimé M. Charest.

S'il est réélu, il s'engage aussi à étendre aux organismes gouvernementaux la politique imposant la parité au sein des conseils d'administration, qui existe actuellement pour les sociétés d'État. Une vingtaine d'organismes, dont le gouvernement est responsable de la nomination des membres du C.A., seraient concernés, dont l'Agence d'efficacité énergétique, le musée des Beaux-Arts, l'Agence des partenariats publics-privés.