La réorganisation annoncée cette semaine au ministère des Transports entraînera une diminution du contrôle des coûts du plus gros projet au Québec. La réfection de l'échangeur Turcot, avec sa facture de 4 milliards, passera sous la responsabilité d'une sous-ministre qui a déjà l'ensemble des grands projets à gérer.

Denis Lessard LA PRESSE

Des sources à l'interne au Ministère relèvent l'aspect purement « cosmétique » des changements annoncés en commission parlementaire par le sous-ministre Marc Lacroix. La création d'un poste de sous-ministre responsable des grands projets, soit ceux de plus de 100 millions, remonte en réalité à 2011. La différence résidera dans le fait que la sous-ministre responsable de ces grands travaux relèvera directement du sous-ministre, plutôt que d'un sous-ministre associé.

Jusqu'à sa retraite, la sous-ministre adjointe aux grands projets, Ginette Sylvain, rencontrait chaque semaine son supérieur et la sous-ministre en titre dans les comités de gestion. Cette fonction est remplie par Marie-France Bérard, venue du gouvernement fédéral. Le projet Turcot, qui relevait d'une responsable spécifique, Chantal Gingras, tombe dans le panier de Mme Bérard. Mme Gingras, ingénieure civile, avait de longs états de service aux Transports. Celle-ci s'occupera désormais des opérations des directions régionales.

Nouvelle arrivée comme sous-ministre adjointe, sans formation en Transports, Mme Lysanne Montminy, parente avec une chef de cabinet politique, s'occupera de la Planification stratégique, responsabilité qui relève d'un cadre dans d'autres ministères.