Au lendemain de la fusillade qui a fait un mort et un blessé dans Anjou jeudi soir, le voisinage s’inquiète.

Mis à jour le 3 déc. 2021
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

« C’est sûr que ce n’est pas rassurant. 19 h, ce n’est pas minuit. Normalement, je reviens de l’école à cette heure-là », confie Carl-Étienne Dessureault, âgé de 19 ans. L’étudiant en techniques d’intégration multimédia au Cégep de Maisonneuve habite tout à côté de l’endroit où un homme de 20 ans a été tué jeudi soir.

Vers 19 h 15 jeudi, les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été appelés pour des coups de feu dans le quartier de l’est de Montréal. L’évènement a eu lieu sur la place Cointerel, près de l’angle de la rue de la Roseraie.

Un homme de 20 ans, Hani Ouahdi, a été retrouvé dans un véhicule avec d’importantes blessures par balle. Il a été transporté à l’hôpital où il a succombé à ses blessures, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un adolescent de 17 ans se trouvait aussi dans le véhicule au moment de la fusillade. Blessé au haut du corps, il a fui les lieux et a demandé de l’aide dans un commerce avoisinant, sur le boulevard des Galeries d’Anjou. Il a été transporté à l’hôpital et son état de santé est stable. Cette deuxième victime était connue des policiers et collabore à l’enquête.

Peu de détails ont été divulgués concernant le motif des agressions. La division des crimes majeurs du SPVM est chargée de faire la lumière sur les évènements.

« Est-ce que ça me surprend ? On a des petits tannants par ici, et des petites gangs de rue… », a affirmé la caissière du dépanneur Beau-Soir, où s’est réfugié l’adolescent blessé jeudi soir. Elle n’était toutefois pas sur place au moment des faits.

« Ses yeux étaient déjà partis »

Une voisine vivant sur la place Cointerel a confié à La Presse être choquée par les évènements. « On a entendu des coups de feu. Mon conjoint est médecin, donc il est sorti pour faire le RCR [réanimation cardiorespiratoire], mais il a vu que c’était la fin, décrit-elle. Il voyait que ses yeux [de la victime] étaient déjà partis. »

Cette voisine a filmé une partie de l’intervention des services d’urgence. Elle affirme avoir vu au moins une personne s’enfuir. Le drame inquiète la jeune mère de famille, qui revient souvent de travailler à l’heure où se sont déroulés les évènements. « On doit rentrer à quelle heure pour être en sécurité ? », se questionne-t-elle.

Plusieurs voisins ont affirmé à La Presse qu’ils considèrent que leur quartier est sécuritaire et qu’il s’agit d’un évènement isolé. Le 13 octobre 2021, une tentative de meurtre par arme à feu a eu lieu dans Anjou, sur la rue Jarry, au nord de l’autoroute Métropolitaine, selon un article du journal Métro. Ce secteur est cependant éloigné des rues tranquilles et résidentielles où a été retrouvée la victime jeudi.

L’évènement de jeudi porte à 32 le nombre d’homicides perpétrés sur le territoire du SPVM en 2021.

Avec la collaboration de Daniel Renaud