(Québec) L’accusé dans l’attaque au sabre du Vieux-Québec, Carl Girouard, était de retour en cour vendredi.

Caroline Plante
La Presse Canadienne

Il a comparu brièvement par visioconférence à partir de l’infirmerie de l’Établissement de détention de Québec, où il séjourne depuis l’automne.

L’infirmerie est isolée des autres secteurs et fournit des soins médicaux ou psychologiques au besoin, a précisé l’avocat de Girouard, Me Pierre Gagnon.

Girouard, qui est âgé de 25 ans et qui vient de Sainte-Thérèse, en banlieue de Montréal, est accusé de deux meurtres au premier degré et de cinq tentatives de meurtre.

Le 31 octobre dernier, le soir de l’Halloween, un assaillant armé d’un sabre japonais et vêtu d’un costume médiéval s’est attaqué à des passants au hasard dans le Vieux-Québec.

Le drame a secoué la ville et son maire, Régis Labeaume, qui a souligné que c’était la deuxième tragédie depuis celle de la Grande Mosquée de Québec en 2017 à faire les manchettes internationales.

À cette étape des procédures, Me Gagnon a requis et obtenu plus de temps afin de prendre connaissance de la preuve.

« J’(ai) besoin d’un délai supplémentaire compte tenu de l’ampleur de la preuve », a-t-il déclaré à la cour. Le dossier de Girouard, qui demeure détenu, reviendra devant le tribunal le 18 juin pour orientation finale.

Le 12 mars dernier, le procureur François Godin avait indiqué que la divulgation de la preuve était complète.

En novembre, alors que plusieurs commentaient la santé mentale de l’accusé, Me Godin avait rappelé que Girouard était présumé sain d’esprit jusqu’à preuve du contraire.