(College Park) L’ancien réserviste des Forces canadiennes Patrik Jordan Mathews s’est filmé en plaidant pour l’assassinat de personnes, l’empoisonnement de l’eau potable et le déraillement de trains, a soutenu mardi un procureur du Maryland.

Michael Kunzelman
Associated Press

Une caméra cachée a aussi enregistré des membres d’un violent groupe suprémaciste blanc, dont faisait partie M. Mathews, qui espéraient que des actes violents lors d’un rassemblement pour les armes à feu en Virginie cette semaine mènent à une guerre civile, soutiennent des procureurs fédéraux américains dans leur requête écrite.

Les procureurs demandent à un tribunal du Maryland de maintenir en détention le Canadien de 27 ans et deux autres membres du groupe « The Base », tous arrêtés la semaine dernière.

Patrik Jordan Mathews ne savait pas que des enquêteurs américains épiaient sa conversation avec deux autres membres du groupe. Le trio parlait alors d’assister au rassemblement en Virginie, qui a attiré lundi à Richmond des dizaines de milliers de personnes et s’est terminé dans le calme.

Dans une vidéo tournée le mois dernier, M. Mathews parlait de ce rassemblement en Virginie comme d’une formidable occasion. « Le fait est que vous avez là des tonnes de gars qui, en théorie, devraient être suffisamment radicalisés pour que tout ce que vous ayez à faire, c’est de commencer à faire du grabuge pour que ça puisse dégénérer en une guerre civile », dit-il sur la vidéo, selon les procureurs américains.

Des agents de la police fédérale américaine (FBI) ont arrêté jeudi dernier Patrik Jordan Mathews et deux hommes du Maryland – Brian Mark Lemley Jr., 33 ans, et William Garfield Bilbrough IV, 19 ans –, dans le cadre de leur enquête plus large sur le groupe « The Base ». Les autorités de Géorgie et du Wisconsin ont également arrêté quatre autres hommes liés à ce groupe.

MM. Mathews et Lemley sont accusés d’avoir transporté une arme à feu et des munitions avec l’intention de commettre un crime. M. Lemley est aussi accusé d’avoir transporté une mitrailleuse et d’avoir donné une arme à feu et des munitions à un étranger entré illégalement aux États-Unis. M. Bilbrough est accusé d’avoir transporté et hébergé un étranger en situation illégale.

Des audiences pour la libération sous caution de MM. Mathews et Bilbrough sont prévues mercredi en Cour fédérale à Greenbelt, au Maryland.

Le caporal-chef Mathews, sapeur de combat au 38e Groupe-brigade du Canada à Winnipeg, avait fait l’objet d’un article dans le Winnipeg Free Press, au milieu du mois d’août, qui le liait à un groupe néonazi. Le ministère de la Défense nationale avait plus tard indiqué qu’il avait été relevé de ses fonctions, accélérant ainsi sa demande de démobilisation. Il avait été porté disparu quelques jours plus tard, et son camion avait ensuite été retrouvé dans le sud du Manitoba, près de la frontière américaine.