(Lévis) Lors d’une cérémonie d’une infinie tristesse tenue lundi dans un complexe funéraire de Lévis, la famille de Norah et Romy Carpentier a livré un dernier hommage aux deux fillettes retrouvées mortes le 11 juillet dernier dans des circonstances toujours mystérieuses.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« Je vous ai portées dans mon ventre, ai ressenti chaque coup de pied et mises au monde », a déclaré la mère des petites, Amélie Lemieux, vêtue d’une robe noire.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

La cérémonie était diffusée sur écran géant, à Lévis

« Grâce à vous, je suis devenue maman. Merci de m’avoir choisie pour être votre maman, un privilège d’une valeur inestimable », a ajouté la femme, secouée par les sanglots.

La cérémonie avait lieu devant une cinquantaine de proches à l’intérieur du complexe funéraire Claude Marcoux. Mais des centaines de personnes s’étaient assemblées dans le stationnement du complexe, pour regarder la cérémonie diffusée sur écran géant.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Durant la journée, 250 personnes ont signé le registre. Mais puisqu’une seule personne par ménage se devait de signer, on peut croire que des centaines de citoyens ont tenu à rendre hommage à la famille éplorée.

Parmi eux, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, qui a perdu deux filles, est passé s’entretenir avec Mme Lemieux. « Ils ont besoin de beaucoup d’amour. C’est à toute la collectivité de Saint-Romuald, de Lévis, de kidnapper leur douleur, leur peine », a expliqué l’homme.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu

Amélie Lemieux a tenu à parler lors de ces funérailles hautement médiatisées. « On me dit que je suis forte, que me tenir debout en de telles circonstances est courageux », a lancé la mère de Norah, 11 ans, et Romy, 6 ans.

« Moi, je réponds que c’est mon rôle de mère, celui que j’assume depuis les 11 dernières années, et dont j’appréhende la fin. Car je n’ai jamais pensé que ce titre était prêté. »

Elle avait hâte d’être adolescente

De nombreux témoignages se sont succédé. Les grands-parents des petites, « mamie Gaétane » et « papi Yvon », se sont adressés à elles. « Protégez votre maman. Veillez sur elle, elle vous a tant aimées. »

Norah, 11 ans, était « la petite fille qui aime le bleu et non le rose, qui aime les zombies, les technologies, mais pas les trucs de filles », a énuméré celle qui a officié la cérémonie, la directrice générale de Deuil-Jeunesse, Josée Masson.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Une carte avec des photos de Norah et Romy, respectivement à gauche et à droite, était distribuée

Romy, 6 ans, était le « clown de la famille », « un bébé soleil », celle qui avait « hâte de tout, d’être adolescente, de se maquiller, de se marier, d’avoir des enfants ».

La cérémonie a été ponctuée de plusieurs chansons, interprétées par Mélissa Bédard, ancienne participante de Star Académie.

« À la télé un aut’malade, vient d’déclencher une fusillade », a chanté l’artiste au moment d’interpréter L’Amérique pleure, des Cowboys fringants. C’était la préférée de Romy.

Les corps de Norah et de Romy ont été retrouvés le 11 juillet dans un boisé de Saint-Apollinaire. La Sûreté du Québec (SQ) refuse pour l’instant de dévoiler les résultats de l’autopsie.

La cérémonie s’est conclue sur l’envolée de deux colombes.