Après dix jours d’opérations pour localiser Martin Carpentier, la Sûreté du Québec (SQ) a décidé de « moduler ses moyens d’enquête », diminuant son vaste déploiement dans le secteur de Saint-Apollinaire à compter de samedi soir.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

« Les vérifications dans les environs de Saint-Apollinaire, Saint-Agapit et Laurier-Station en fonction des informations que nous possédions ont toutes été effectuées. Nous sommes à l’affût de nouvelles informations nous permettant de redéployer nos effectifs dans d’autres secteurs », indique la SQ par communiqué.

Certains effectifs pourraient être redéployés dans le volet enquête des recherches.

À moins de développements majeurs, aucun autre détail ne sera communiqué afin de ne pas nuire à l’enquête qui suit son cours.

Depuis la découverte le 8 juillet du véhicule accidenté du fugitif, la SQ a traité, validé et analysé plus de 1000 signalements. Les forces policières ont fouillé au-delà de 700 adresses, dépendances, chalets et autres lieux dans le but de retrouver Martin Carpentier.

« La Sûreté du Québec est consciente que des inquiétudes peuvent subsister et réitère son engagement, afin d’assurer la sécurité de tous, et sa détermination à retrouver Martin Carpentier », ajoute-t-on.

La SQ en était samedi à sa 10e journée de recherche pour retrouver l’homme de 44 ans. Martin Carpentier est soupçonné de l’enlèvement de ses deux filles, Norah, 11 ans, et Romy, 6 ans, dont les corps ont été retrouvés le 11 juillet dans les boisés de Saint-Apollinaire.

Trois jours plus tôt, le véhicule de Martin Carpentier avait été retrouvé sur l’autoroute 20.

De nombreuses équipes ont été mobilisées depuis 10 jours pour les recherches à Saint-Apollinaire et Saint-Agapit. Des hélicoptères, des chiens pisteurs, des bénévoles, des patrouilles en VTT et à pied ont participé aux efforts.

Les funérailles de Norah et Romy Carpentier auront lieu lundi prochain, à Lévis.

– avec Janie Gosselin, La Presse