Les familles de certains Canadiens tués dans l’écrasement d’un avion d’Ethiopian Airlines en mars intentent une poursuite contre Boeing.

La Presse canadienne

Des avocats de Chicago ont lancé une action en justice au nom d’une famille de Brampton, en Ontario, qui a perdu six de ses membres, et au nom d’un homme de Hamilton dont la femme et les trois jeunes enfants ont péri dans la tragédie.

Les 157 passagers du vol 302 d’Ethiopian Airlines ont été tués lorsque le Boeing 737 Max 8, parti d’Addis Abeba en direction de Nairobi, s’est écrasé le 10 mars.

Les avocats des familles canadiennes soutiennent que Boeing a été aveuglée par la cupidité en précipitant l’introduction de ses avions 737 Max 8 sur le marché, et que l’entreprise a privilégié ses profits au détriment de la sécurité.

Les familles ont également déposé une plainte contre l’agence américaine qui réglemente l’aviation civile (US Federal Aviation Administration), affirmant qu’elle a joué un rôle dans la tragédie en autorisant l’appareil à être offert sur le marché.

Les allégations n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.