Des espaces de stationnement plus payants mais moins nombreux, plus d’espaces verts protégés, moins de déchets envoyés au dépotoir… Voici quelques indicateurs de la performance de Montréal en 2019, qui viennent d’être dévoilés et qui permettent à la Ville de se comparer à 14 autres villes canadiennes, en plus d’observer sa propre évolution en ce qui concerne plusieurs services municipaux. Faits saillants.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Des routes plus chères, dont l’état s’améliore

Entretenir les rues coûte beaucoup plus cher à Montréal que partout ailleurs au pays. C’est l’un des constats tirés du dernier rapport du Réseau d’étalonnage municipal du Canada (REMC), qui évalue 149 indicateurs dans 20 domaines d’activités. Pas moins de 66 552 $ par kilomètre de voie, comparativement à un coût médian de 23 747 $ pour l’ensemble du Canada. Et ces coûts d’entretien sont en hausse : ils atteignaient 66 366 $ par kilomètre en 2018. Le REMC indique dans son rapport que, pour Montréal, « les coûts plus élevés peuvent être attribués à des investissements dans les infrastructures et à des frais d’amortissement plus élevés ». Nos hivers plus rigoureux et neigeux y sont aussi pour quelque chose : l’entretien hivernal coûte 20 225 $ par kilomètre de voie à Montréal (une hausse de 1600 $), comparativement à un coût médian de 5560 $ pour l’ensemble du Canada. Les investissements dans les infrastructures semblent donner des résultats : 40 % des routes sont considérées comme en bon ou en très bon état, alors que cette proportion était de 30 % en 2017. C’est tout de même moins que la médiane canadienne de 50 %.

Champions des transports en commun

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Le métro de Montréal

Les Montréalais sont les résidants qui se déplacent le plus en transport collectif : 227 déplacements par personne en 2019 (en légère hausse), comparativement à 173 chez les Torontois. Mais les coûts sont plus élevés à Montréal : 234 $ par véhicule par heure, comparativement à 211 $ à Toronto.

Et nos poubelles ?

Les rebuts des familles montréalaises diminuent peu à peu : on a produit 0,83 tonne par ménage en 2019, comparativement à 0,85 en 2018. C’est moins que la médiane canadienne de 0,89 tonne. Cependant, la proportion de déchets recyclés ou compostés stagne à 40 %, alors que la médiane est de 45 % pour le Canada. Quant aux coûts de ramassage des déchets, ils sont aussi stables, à 158 $ par tonne, ce qui est un peu plus élevé que la médiane canadienne de 149 $ par tonne.

Moins de police, plus de crimes

Alors que certains groupes appellent à un « définancement » de la police, on apprend dans le rapport du REMC que le coût par habitant de la police est en baisse à Montréal : il était de 360 $ en 2019, soit 20 $ de moins que l’année précédente et 46 $ de moins que la médiane canadienne. Le nombre de policiers en proportion de la population est aussi en baisse : il était de 267 pour 100 000 habitants en 2019, comparativement à 280 en 2018. La médiane au Canada est de 255 policiers pour 100 000 habitants. Montréal enregistre le moins grand nombre de crimes parmi les grandes villes du pays : 4121 par 100 000 habitants, comparativement à la médiane canadienne de 6562. Il s’agit toutefois d’une hausse pour Montréal, puisque la proportion de crimes était de 4004 pour 100 000 habitants en 2018.

Moins d’espaces de stationnement, mais plus payants

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Montréal a engrangé 6981 $ par espace de stationnement payant en 2019, soit 481 $ de plus qu’en 2018, et beaucoup plus que la médiane canadienne de 1563 $.

Avec la construction de plus de voies cyclables à Montréal, le débat fait rage au sujet de la diminution du nombre d’espaces de stationnement. Les données du REMC indiquent que le nombre de places de stationnement payantes était en baisse en 2019 : Montréal en comptait 1258 pour 100 000 habitants (légèrement sous la médiane canadienne), comparativement à 1331 en 2018. Mais Montréal se démarque surtout par les revenus de stationnement empochés : ils étaient de 6981 $ par espace payant en 2019, soit 481 $ de plus qu’en 2018, et beaucoup plus que la médiane canadienne de 1563 $. Même Toronto arrive loin derrière, avec des revenus de 3543 $ par espace de stationnement payant.

Plus de parcs, et des coûts en hausse

L’espace dévolu aux espaces verts est en hausse à Montréal : 10,25 % du territoire est constitué de parcs, comparativement à 9 % en 2018. Le rapport du REMC explique que cette augmentation est notamment attribuable à l’acquisition d’espaces verts pour la création du grand parc de l’Ouest. La médiane dans les grandes villes canadiennes est de 6,7 %. Les frais liés à l’entretien de ces parcs sont toutefois plus élevés à Montréal : 82,12 $ par habitant, alors que la médiane au Canada est de 66,16 $.