Dans le contexte de pénurie de logements dans la métropole, la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) fait l’acquisition de l’édifice Jean-Brillant dans le quartier Saint-Henri, communément appelé la « maison des vétérans », assurant ainsi la pérennité de 124 logements abordables.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Situé à proximité de la station de métro Lionel-Groulx, sur la rue Délisle, l’édifice fait l’objet d’un bail emphytéotique qui arrivera à échéance en 2034, en faveur de la Ville de Montréal. La SHDM, qui est une société paramunicipale de Montréal, acquiert les droits, titres et intérêts de l’organisme à but non lucratif Maison Biéler Inc.

« Cela correspond parfaitement à notre mission. On a déjà un parc de 1100 logements pour personnes âgées autonomes. Et dans l’édifice Jean-Brillant, il s’agit d’une clientèle très vulnérable. Raison de plus pour être fier de cette acquisition », a commenté à La Presse la directrice générale de la SHDM, Nancy Shoiry.

À l’origine, Maison Biéler Inc. visait à fournir des logements abordables aux vétérans et veuves de vétérans. C’est ce qui explique que dans le quartier, l’édifice était connu comme étant la « maison des vétérans ». Quelques appartements sont encore occupés par des veuves d’anciens militaires. La moyenne d’âge est d’environ 80 ans.

Nancy Shoiry a rappelé que l’édifice a bénéficié de subventions publiques lors de sa construction en 1982, et qu’à cet égard, c’est le juste retour des choses. « Nous appliquons le principe que tous les bâtiments publics doivent conserver une vocation publique ainsi qu’une propriété publique. […] Il s’agit de patrimoine collectif », a ajouté Mme Shoiry.

Le comité exécutif de Montréal a donné son autorisation mercredi matin pour que la SHDM puisse procéder à la transaction. Selon le président de l’exécutif et maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, il s’agit d’une intervention essentielle pour protéger le caractère abordable des 124 logements visés.

On veut s’assurer que le monde de chez nous, comme on dit, continue de se loger de façon abordable malgré la flambée des prix dans l’immobilier. C’est d’autant plus important que l’on parle d’un bâtiment collectif sur un terrain municipal. C’est nos taxes. […] Et maintenant, ça reste dans le parc locatif de la SHDM.

Benoit Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest

M. Dorais a également souligné que pour les locataires, « ça veut dire un propriétaire responsable qui ne se mettra pas à grimper le prix des loyers de façon inconsidérée ».

La question de l’habitation est au cœur des engagements politiques de l’administration de Projet Montréal qui peine toutefois à atteindre ses objectifs ambitieux de créer 12 000 logements d’ici 2021. Dans son plus récent rapport, la vérificatrice générale de Montréal s’est montrée critique, soulignant que des améliorations devraient être apportées en matière de gestion et de suivi de projets.