Le nouveau toit du Stade olympique devra laisser passer la lumière naturelle du jour, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il sera ouvrable.

Pierre Saint-Arnaud
La Presse canadienne

Dans un appel de qualification lancé mardi, la Régie des installations olympiques (RIO) ouvre la porte à ce que le nouveau toit soit partiellement démontable pour permettre la tenue d’événements à ciel ouvert, mais elle avertit qu’il s’agit d’une « option » et que « la faisabilité technique à coût raisonnable devra être clairement démontrée pour que la Régie décide de suivre cette voie ».

L’appel de qualification invite les firmes intéressées à soumettre leur candidature pour « la conception, la construction, le financement et l’entretien de la nouvelle toiture du Stade » afin de trouver une entreprise ou un consortium pour réaliser ce projet d’envergure. Aucune information n’a été donnée quant à une fourchette de prix pour cet ouvrage.

Bien que le projet qui sera retenu reste à définir, certains paramètres sont déjà connus car la Régie entend « respecter l’esthétique et le concept spatial » de l’ouvrage, rappelant au passage que le Stade est un « joyau d’architecture reconnu internationalement » et que « la compatibilité avec le concept original du Stade olympique et la préservation de son apparence générale doivent primer dans toutes les décisions relatives à la conception ».

Ainsi, il n’est pas question d’ajouter d’imposantes structures d’acier pour retenir le nouveau toit, mais bien de suspendre celui-ci à la tour, comme le veut le concept original. Toutefois, la Régie vise un toit plus plat et lisse, afin de réduire au maximum l’exposition au vent.

Par ailleurs, pour permettre à la lumière naturelle d’entrer, la Régie exige que la toiture comporte « des sections translucides » et suggère, dans une esquisse, une bande translucide tout le long du périmètre entourant un revêtement opaque au centre, de sorte que lumière pourrait pénétrer entre l’anneau technique et la portion centrale du toit.

Les firmes intéressées ont jusqu’au 29 janvier pour se manifester et les candidats retenus seront connus en mars. Le dossier d’affaires, lui, doit être présenté au gouvernement du Québec par la RIO à l’été 2020 et le concept final qui aura été retenu sera présenté au public « en 2021 », indique-t-on, sans préciser de date.