La Société de développement Angus entame une migration vers le nord. Associée à la Table de quartier de Montréal-Nord, elle prépare un projet de près de 35 millions pour construire une adresse signature d’environ 100 000 pieds carrés dans un secteur « dortoir », « surpeuplé » et « sans services » de l’arrondissement. Une construction lumineuse avec sa place publique, des commerces et des organismes qui auront pour mission de générer de la fierté.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

À moins de cinq ans de la fin des travaux pour revitaliser le technopôle Angus, à Rosemont, Christian Yaccarini ne se résigne pas à fermer boutique. La Société de développement Angus (SDA), une entreprise d’économie sociale dont il est le président, veut poursuivre un « développement du territoire à l’écoute des besoins des citoyens » ailleurs dans la métropole. Sa nouvelle adresse : Montréal-Nord.

En partenariat avec la Table de quartier de Montréal-Nord (TQMN), M. Yaccarini visite ces jours-ci des propriétés pour y construire un édifice à l’architecture éclatante dans l’un des secteurs le plus démunis de la métropole : le nord-est de l’arrondissement.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Le secteur nord-est de Montréal-Nord

« Je vis à Montréal depuis 1976, et quand je me suis promené dans le secteur nord-est de Montréal-Nord, je n’en revenais pas. C’est un désert de services ! Et pourtant, j’avais la prétention de connaître l’est de la ville », s’exclame l’énergique entrepreneur, accompagné en entrevue avec La Presse de Steves Boussiki, directeur général de la TQMN.

Le nord-est de Montréal-Nord, explique M. Boussiki, « c’est un dortoir ». Un secteur du quartier où il n’y a pas de parc, pas de place publique, peu (ou pas) d’organismes, sans même un accès à un CLSC ou à une clinique médicale.

Le besoin le plus criant, c’est de créer un milieu de vie. C’est un secteur avec une [importante densité de population]. Tout est tellement touffu, il faut reconstruire.

Steves Boussiki, directeur général de la Table de quartier de Montréal-Nord

La Table qu’il dirige est engagée avec Angus dans la construction d’une Maison de l’innovation sociale et économique (MISE). Cette nouvelle adresse aurait « pour objectif de redonner de la fierté », dit M. Boussiki.

« Quand on a subi pendant longtemps un matraquage médiatique dans lequel on est toujours les plus pauvres, les moins ambitieux, ça nous prend un symbole. La MISE, c’est une adresse où l’on va dire aux gens : “Ça, c’est quelque chose qui vous ressemble” », explique-t-il.

De l’audace

Christian Yaccarini est investi d’une mission. « On veut envoyer le message aux résidants de Montréal-Nord que ce n’est pas vrai qu’on ne peut pas changer les choses, dit-il. Ce n’est pas vrai qu’ils sont condamnés à vivre dans un îlot [surpeuplé] où il n’y a même pas un mur où les jeunes peuvent aller chiller. »

La MISE, qu’il décrit avec enthousiasme, serait un « grand projet immobilier d’où partirait une série de petits projets pour rendre des services à la population dans un espace beau, agréable, avec une architecture plus forte qu’un bâtiment normal commanderait ». Pour sa conception, la SDA compte s’associer à la firme Provencher_Roy.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

L’édifice du 2-22, au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sainte-Catherine, dans le Quartier des spectacles, à Montréal

Si vous regardez le 2-22, qu’on a fait au coin des rues Sainte-Catherine et Saint-Laurent, on avait un défi similaire. Quand on est arrivé, il y avait un “peep-show” et un terrain vague qui servait d’urinoir collectif. En plein cœur du Quartier des spectacles, on a envoyé le message qu’on pouvait changer ce secteur [de la Main] avec un édifice [signature].

Christian Yaccarini, président de la Société de développement Angus

« C’est la même chose qu’on veut faire à Montréal-Nord. On veut que les gens se disent : “Wow, on a quelque chose de beau dans notre quartier !” On ne veut pas d’un édifice de bureaux, mais d’une adresse où les gens vont aller chercher des services qui vont les aider dans leur quotidien avec des commerces au rez-de-chaussée », poursuit-il.

Et l’embourgeoisement ?

Mais qui dit développement immobilier dans un secteur démuni dit souvent embourgeoisement. Le tandem formé de Christian Yaccarini et Steves Boussiki y réfléchit. Les locataires évincés, une fois les lots achetés, seraient pris en charge par la Société d’habitation populaire de l’Est de Montréal (SHAPEM), disent-ils. L’organisme les « accompagnerait dans une relocalisation qui augmente leur qualité de vie ».

Et si la MISE devient une « bougie d’allumage » pour créer d’autres projets à Montréal-Nord, ce qu’ils souhaitent, la SDA voudrait investir le quartier de projets similaires sur plus de deux décennies.

« Je voudrais réussir à désenclaver le secteur, à réduire sa densité, amener une mixité sociale sans exclure les gens en faisant en sorte qu’on les envoie dans un autre ghetto », explique M. Yaccarini.

Le secteur nord-est de Montréal-Nord en chiffres

« 14 710 familles avec enfants résident à Montréal-Nord, soit un taux de 70 % (63 % à Montréal). Parmi ces familles, 41 % sont monoparentales (contre 33 % à Montréal) et 59 % vivent dans le secteur Nord-Est. »

« [À Montréal-Nord], près du tiers (35 %) des 0-5 ans grandissent dans des familles qui ont de faibles revenus (23 % à Montréal). Dans le Nord-Est, c’est un tout-petit sur deux (51 %). »

« Les locataires sont majoritaires dans le Nord-Est (92 %). […] Selon une synthèse récente des consultations et analyses effectuées dans le secteur nord-est de l’arrondissement de Montréal-Nord, les résidants sont particulièrement préoccupés, d’abord par la qualité du bâti et des logements disponibles (insalubrité, notamment en matière d’isolation, mauvaise qualité et entretien, et mauvaise gestion du bâti) et ensuite, par les problématiques liées à l’accessibilité financière aux logements et l’importance des logements sociaux (bien que les loyers soient peu élevés dans le secteur, ils restent trop élevés pour la clientèle). »

— Extraits du livre blanc « Oser ensemble le changement » de la Table de quartier de Montréal-Nord