Les trottoirs montréalais accueilleront des bornes de paiement de stationnement modernisées et plus faciles d’accès d’ici la fin de l’année.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Certaines bornes de paiement datent d’une quinzaine d’années, selon Charles Auger, directeur général de Stationnement de Montréal. Leur durée de vie anticipée était de 10 ans et certaines se retrouvent donc en fin de vie.

Leur modernisation et leur restauration ont déjà débuté. Le projet doit se faire en deux phases : l’installation de bornes neuves, puis la restauration des bornes existantes. Le tout devrait s’achever d’ici décembre 2019.

Deux cent cinquante bornes neuves sont en cours d’implantation à Montréal. Ces nouvelles installations répondent aux normes universelles d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Elles sont moins massives et plus basses, donc plus faciles d’utilisation pour une personne ayant des limitations physiques.

Même si les nouvelles bornes de péage seront de plus en plus visibles au cours des deux prochaines semaines, elles ne peuvent être utilisées pour le moment. L’équipe chargée de leur aménagement doit procéder à des tests sur la plateforme logicielle avant que le nouvel équipement soit fonctionnel.

Ces nouveaux dispositifs seront déployés à des endroits stratégiques, près des intersections.

« Effort écologique »

Sur le territoire de la Ville de Montréal, on compte actuellement 1331 bornes de stationnement. Mille d’entre elles seront restaurées d’ici la fin de l’année.

C’est par conscience écologique, mais également pour réduire les coûts, qu’elles ne seront pas remplacées par des bornes neuves. Le projet s’appuie sur un financement de 6 millions de dollars.

« Nous conserverons les boîtiers en acier inoxydable et remplacerons simplement les plateformes logicielles », explique M. Auger. Elles seront également dotées d’un nouvel écran plus lumineux et facile à lire et d’un clavier alphanumérique.

Pour « dépanner les usagers », de nouveaux modes de paiement seront ajoutés, précise M. Auger. Les automobilistes pourront désormais régler leur facture de stationnement avec leur carte de guichet. Les cartes de crédit seront acceptées selon les critères standards, comme la lecture de puces.

« Il y a un effort écologique derrière la récupération de l’équipement actuel. On voulait restaurer au lieu de jeter. Il a fallu trouver des fournisseurs prêts à travailler avec du matériel déjà présent », explique M. Auger. Stationnement de Montréal fait équipe avec l’entreprise J.J. MacKay Canada pour mener à bien le projet de modernisation.