Question à 128 $ : où doit-on rouler à vélo sur une artère pourvue d’une voie réservée aux transports en commun ?

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

A. Dans la voie réservée, à droite, près du trottoir ;

B. Dans la voie suivante, avec les voitures et les camions, et se faire dépasser à droite par des autobus ;

C. On ne peut pas y rouler à vélo.

À Laval, Longueuil, Québec et Toronto, la réponse est A. À Montréal, c’est C : les cyclistes ne peuvent pas y circuler légalement.

C’est ce qu’a appris Maryon Bouchard. La Montréalaise circulait à vélo, mercredi matin, à droite de la chaussée dans la voie réservée aux transports en commun de la rue Sherbrooke, près de la rue de Bordeaux, quand un policier l’a interpellée.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

« Nous étions une dizaine de personnes à vélo à nous faire arrêter en même temps par les policiers. Nous avons tous reçu une contravention de 128 $. Les gens ne comprenaient pas. C’était absurde. »

« Nous étions une dizaine de personnes à vélo à nous faire arrêter en même temps par les policiers. Nous avons tous reçu une contravention de 128 $. Les gens ne comprenaient pas. C’était absurde. »

Mme Bouchard emprunte quotidiennement ce tronçon depuis des années. « Peu d’autobus y passent. C’est sécuritaire de rouler là », observe-t-elle. 

Le policier nous a dit que nous devions rouler dans la voie du centre, avec les voitures et les poids lourds. En pleine heure de pointe ! Personne ne va faire ça. Ça défie toute logique.

Maryon Bouchard, cycliste qui a reçu une contravention de 128 $

Magali Bebronne, chargée de projet à Vélo Québec, note qu’il y a beaucoup de confusion sur l’utilisation par les cyclistes des voies réservées à Montréal. Le problème, dit-elle, c’est que trois articles du Code de la sécurité routière entrent en conflit.

À moins d’une indication contraire d’une municipalité, le Code de la sécurité routière interdit aux cyclistes de rouler dans les voies réservées. « En même temps, le Code exige que le cycliste roule le plus à droite de la chaussée. Et il est interdit aux cyclistes de rouler entre deux voies de circulation. Comme la voie réservée est une voie de circulation, c’est interdit de rouler dans la voie suivante. »

Cela interdit de facto aux cyclistes de rouler sur les artères où se trouve une voie réservée. « Avec la multiplication des voies réservées, on interdit carrément des rues importantes aux personnes à vélo, même si plusieurs autres grandes villes permettent aux cyclistes de rouler dans ces voies. »

À Montréal, il y a quatre exceptions : les cyclistes peuvent se trouver dans la voie réservée des rues Viau et Wellington et des boulevards Thimens et Maurice-Duplessis.

Pistes sur les grandes artères

Vélo Québec tente de convaincre la Ville de Montréal d’implanter des pistes cyclables protégées sur les grandes artères et de permettre aux cyclistes de rouler dans les voies réservées, où la fréquence de passage des véhicules est bien moindre que dans les autres voies, et où les véhicules (autobus ou taxis) sont pilotés par des conducteurs professionnels.

« Malheureusement, il y a une énorme résistance du syndicat des chauffeurs de la STM, dit Mme Bebronne. Alors rien ne bouge. »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le fait que trois articles du Code de la sécurité routière entrent en conflit suscite beaucoup de confusion sur l’utilisation par les cyclistes des voies réservées à Montréal.

La Presse a cherché à connaître la réaction de la Ville de Montréal au sujet de cette impasse et des contraventions remises aux cyclistes, mais la Ville n’a pas donné suite à notre demande.

Maryon Bouchard dit être en colère d’avoir reçu une contravention, d’autant plus qu’elle fait des efforts pour être prudente dans ses déplacements à vélo. Elle signale qu’elle peut troquer sa contravention de 128 $ contre une séance d’information sur la sécurité routière, mais elle n’est pas disponible aux deux dates imposées par le Service de police de la Ville de Montréal.

Mme Bouchard s’explique mal que la Ville ne cherche pas d’abord à informer les cyclistes avant de les pénaliser à coup de contraventions.

« L’administration de Valérie Plante encourage les gens à troquer leur véhicule polluant pour un choix plus sain comme le vélo, dit-elle. Mais quand on le fait, on se fait taper dessus. Ça envoie un message contradictoire. »