Des commerçants du marché Jean-Talon s’inquiètent pour l’avenir de l’institution montréalaise qui, selon eux, a vu nombre de ses kiosques fermer depuis un an.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Des maraîchers évaluent que les nombreux emplacements laissés vides cet été nuisent à l’image du marché – et donc à leurs affaires. Des commerçants avec qui La Presse s’est entretenue évaluent qu’entre un dixième et un tiers de leurs camarades ne sont pas revenus au marché en 2019.

Problème de relève agricole, manque de stationnement, rentabilité difficile à atteindre : les marchands évoquent de multiples causes pour expliquer la situation.

« Ce qu’on constate, c’est que le nombre de marchands diminue », dit Guy Desgroseilliers, de la ferme JP Desgroseilliers, derrière un étal débordant de maïs. « On vieillit et on sait que la relève agricole est difficile. » Les gens aiment l’abondance, et les zones à moitié vides ne sont pas invitantes, selon lui. 

Juste à l’œil, on le voit : il y a une diminution tangible de l’offre. Mais l’offre qui reste en est une de qualité.

Guy Desgroseilliers, de la ferme JP Desgroseilliers

Pour le producteur agricole, les efforts de piétonnisation autour du marché Jean-Talon sont contre-productifs : avec sa taille, l’institution ne peut pas se limiter à jouer le rôle d’un marché de quartier que les clients fréquentent à pied. Il faut que les automobilistes puissent s’y rendre sans encombre, parce que « c’est lourd, des légumes ».

M. Desgroseilliers est chanceux : la rangée dans laquelle il se trouve, dans la moitié sud du marché, est bien garnie.

Rangées désertées

Marie-Pierre Lauzon et Mathieu Girard, deux jeunes qui tenaient le kiosque familial (respectivement de fines herbes et de produits de l’érable) au moment du passage de La Presse, étaient plus isolés dans la moitié nord du marché. Dans ce secteur, des emplacements ont été repris pour y installer des tables à pique-nique.

« L’année passée, c’était plein tous les jours. Le monde qui passe là-bas, dit M. Girard en pointant la rangée centrale, n’est pas intéressé à venir [dans sa rangée] parce qu’il n’y a pas de kiosques. » Il assure que son chiffre d’affaires se maintient malgré tout.

Les départs, « ça laisse des trous dans le marché, a dit Mme Lauzon. Si l’allée n’est pas pleine, ça ne les encourage pas [les visiteurs] à parcourir toute la rangée. »

Sylvain L’Écuyer, qui vend notamment de l’ail, montre du doigt à la fois des problèmes spécifiques au marché Jean-Talon et des enjeux touchant tout le monde agricole. 

Plus personne ne veut travailler 20 heures par jour, sept jours par semaine. C’est inhumain.

Sylvain L’Écuyer, producteur, détaillant son horaire infernal entre la ferme et le kiosque

« Il n’y en a pas, de solution. [Les agriculteurs] vont tout vendre dans les supermarchés. Les marchés publics, [les agriculteurs] ne veulent plus venir ici », continue-t-il.

Mystère quant aux chiffres

La Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM) gère les quatre grands marchés de la métropole : Jean-Talon, Maisonneuve, Atwater et Lachine.

En entrevue, sa directrice générale a fait valoir que l’organisme ne tenait pas le compte du nombre de kiosques loués chaque année au marché Jean-Talon. Elle ne dispose pas non plus des revenus de location de kiosque au marché Jean-Talon.

« Ces données-là, on ne les a pas, a dit Isabelle Laliberté. On n’a pas une structure financière ou organisationnelle dont les gens sont en mesure de recueillir toutes ces données-là, comme une entreprise privée le ferait. »

Malgré cette absence de chiffres, Mme Laliberté dément sans hésitation les conclusions d’une lettre ouverte publiée dans Le Devoir, il y a une dizaine de jours, qui évaluait que le marché comptait un tiers de kiosques en moins cet été. « Ça, c’est faux », a-t-elle répliqué, expliquant qu’une telle chute serait visiblement détectable.

Isabelle Laliberté fait surtout valoir que les marchés publics sont actuellement en mutation, avec une hausse de la demande pour le biologique et l’offre de prêt-à-manger.

« Il faut s’assurer que l’offre suive les modes de consommation et, encore plus important, d’être des précurseurs de ce qui va se passer dans 5, 10 ans », a-t-elle dit.

La grande patronne du marché Jean-Talon a aussi souligné que les producteurs agricoles seraient « toujours » à la base d’un marché public. « Tout ce à quoi on fait face en agriculture au Québec touche forcément les marchés publics », évalue-t-elle.