Depuis mercredi matin, les Montréalais peuvent parcourir les rues de la ville à bord des vélos électriques en libre-service JUMP. 

Thomas Dufour
La Presse

Montréal est la première ville canadienne à accueillir ces bicyclettes propulsées par la multinationale Uber, mieux connue pour son service de transport automobile.

Ces vélos rouges fonctionnant à l’électricité sont sans ancrage. Ils peuvent être verrouillés sur les supports publics de la ville comme une bicyclette ordinaire. Ils sont disponibles via l’application Uber qui permet de localiser un vélo et de le déverrouiller.  

Les vélos peuvent atteindre une vitesse de pointe de 32 km/h.  

Une centaine de vélos ont été déployés dans la ville mercredi matin. «Plusieurs autres centaines» suivront dans les prochains jours, selon le porte-parole d’Uber au Québec, Jean-Christophe de Le Rue. Uber ne souhaite pas divulguer le nombre exact de vélos.  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Les vélos sont disponibles via l'application Uber qui permet de localiser un vélo et de le déverrouiller.

Les quartiers où l’offre est disponible sont: le Plateau Mont-Royal, Ville-Marie, Hochelaga, Verdun, Rosemont, Villeray, Parc-Extension, Saint-Michel, le Sud-Ouest, Outremont, Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce.

JUMP propose une offre similaire à BIXI, un autre service de location de vélos lancé à Montréal en 2009. «Nous voyons ça comme un service complémentaire, explique M. de Le Rue. Nous voulons faire compétition à l'automobile. Je crois qu’on va convaincre plus de gens qui typiquement ne faisaient pas de vélo.»

Les tarifs de JUMP sont plus élevés que ceux de BIXI. Louer un vélo coûte 0,30 $ la minute, 4,50 $ le quart d’heure et 9 $ la demi-heure. Dans le cas de BIXI, le cycliste débourse 2,95 $ pour trente minutes.  

«C’est un moyen plus rapide. On n’arrive pas en sueur au travail. Ça donne un boost pour monter les côtes», dit M. de Le Rue.  

Uber devait lancer JUMP à la mi-juin, une fois l’obtention d’un permis à la Ville de Montréal. La multinationale a dû retarder le lancement puisqu’elle n’a obtenu le permis que mardi.   

Pour prévenir les utilisateurs d’abandonner les vélos sur la voie publique, Uber imposera une pénalité de 25 $ à la première offense et bannira le contrevenant après quatre infractions.  

Les vélos JUMP seront retirés des rues en même temps que les BIXI, soit le 15 novembre.  

Le service de JUMP est déjà présent dans plusieurs grandes villes américaines comme San Francisco, Washington et Dallas.

L’offre montréalaise de transport en libre-service explose cet été. Des trottinettes électriques sillonneront bientôt les rues de la métropole. Le gouvernement du Québec a donné, la semaine dernière, son feu vert pour un projet pilote qui débutera le 6 juillet.