L’opérateur de métro Luc Dallaire, qui se plaisait à égayer le trajet des usagers, se fait beaucoup moins bavard ces derniers temps.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Des commentaires négatifs diffusés sur les réseaux sociaux pourraient avoir eu raison de l’enthousiasme d’un opérateur de métro de la Société de transport de Montréal (STM), qui avait pris l’habitude de divertir de manière inusitée les passagers qui montaient à bord de son train sur la ligne orange.

L’homme, dont La Presse a fait le portrait en février dernier, intervenait souvent de manière humoristique ou en chantant pour donner des informations historiques sur les stations de métro, ou encore pour demander aux passagers de dégager les portes à l’arrivée à une station. Il se fait beaucoup moins bavard depuis quelques semaines.

Selon le syndicat des chauffeurs et opérateurs de métro de la STM, Luc Dallaire a récemment eu une rencontre avec ses patrons.

On ne lui aurait pas demandé de cesser ses interventions, mais il y aurait eu une «discussion sur comment passer ses messages».

Celle-ci serait survenue après un imbroglio qui aurait fait croire à certains que l’homme s’était mis à diffuser des messages religieux, tandis que c’est plutôt un passager muni d’un porte-voix qui circulait dans les wagons.

À la publication de l’article, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, avait salué sur Facebook ceux qui, «comme M. Dallaire, posent des gestes pour embellir le quotidien des Montréalaises et Montréalais qui empruntent le transport collectif». Le président de la STM, Philippe Schnobb, notait quant à lui que «l’idée de demander aux opérateurs du métro de parler aux clients fait du chemin».

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Selon le syndicat des chauffeurs et opérateurs de métro, Luc Dallaire a récemment eu une rencontre avec ses patrons au cours de laquelle il y aurait eu une «discussion sur comment passer ses messages».

Passagers conquis

Seulement sur les réseaux sociaux, on trouve facilement des dizaines de commentaires de passagers conquis. «Merci au chauffeur de métro direction Côte-Vertu de nous commenter et chanter le trajet. Ça met de la joie dans l’heure de pointe et crée des liens entre les gens qui se sourient», a écrit une femme en février.

La Presse avait également reçu plusieurs courriels de lecteurs qui avaient reconnu cet opérateur de métro, qui officiait auparavant dans les autobus. Certains s’étaient étonnés qu’il ait été l’objet de certaines plaintes.

«J’ai vécu sur Côte-des-Neiges très longtemps et ai eu grand plaisir à voyager maintes fois avec ce chauffeur exceptionnel. En l’écoutant, nous nous détendions et notre parcours devenait plus agréable. Il y aura toujours des gens pour critiquer, chialer… Un jour peut-être, la grâce les touchera», avait observé cette lectrice.

Le principal intéressé n’a pas souhaité commenter la situation. La STM a refusé de nous accorder une entrevue ou de confirmer que l’employé avait fait l’objet d’une rencontre, mais précise que les opérateurs «ont toujours pour consigne d’informer la clientèle lorsque la situation l’exige».