La facture en avocats pour défendre Montréal et la mairesse Valérie Plante dans la poursuite intentée à la suite de l'annulation de la Formule E devrait s'élever à 605  000 $.

PIERRE-ANDRÉ NORMANDIN LA PRESSE

Le syndic de faillite PricewaterhouseCoopers et Formula E Operations ont intenté une poursuite de 33,2 millions à la suite de la décision d'annuler la présentation de la course de voitures électriques dans les rues de Montréal. La poursuite a depuis été revue à la baisse, les entreprises réclamant désormais 24,8 millions.

Les entreprises allèguent que la Ville de Montréal s'était engagé par contrat à présenter les courses de Formule E pendant 3 ans. Or Valérie Plante a mis fin à l'événement peu après son élection, invoquant l'important déficit généré à la suite de la première édition. PricewaterhouseCoopers et Formula E Operations imputent d'ailleurs la responsabilité à la mairesse dans leur poursuite.

La Ville de Montréal a décidé de retenir les services du cabinet Blake, Cassels & Graydon. La métropole dit avoir choisi de recourir à un cabinet privé plutôt qu'à ses propres avocats en raison « de l'importance de l'enjeu et des ressources internes limitées ». C'est Me Claude Marseille qui hérite du mandat. Selon une évaluation de la Ville, le cabinet devrait facturer environ 575  000 $.

Un autre contrat a été accordé en juillet 2017 au cabinet Dufresne Hébert Comeau, pour un montant de 30  000 $. Me Louis Coallier est spécifiquement mandaté pour représenter les intérêts de Valérie Plante, personnellement poursuivie.

PricewaterhouseCoopers agit à titre de syndic de faillite dans la liquidation de l'organisme Montréal C'est Électrique, mis en place pour gérer la course. Formula E Operations chapeaute quant à elle l'organisation internationale de ce circuit automobile électrique.