Au lendemain d'une 29e manifestation de nuit marquée par au moins une centaine d'arrestations, le directeur du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, a répondu mercredi aux critiques formulées à l'endroit des policiers.

LA PRESSE CANADIENNE

M. Parent a assuré que les mauvais agissements ne seront pas excusés et que les agents fautifs devront répondre de leurs actes. Il a toutefois demandé à la population de faire preuve d'indulgence, étant donné que les policiers doivent agir rapidement lors d'interventions complexes.

Le chef du SPVM a aussi réitéré la volonté de son service d'intervenir avec discrétion et discernement «en fonction de l'évaluation de la foule, en fonction de l'évaluation de la menace et de la sécurité publique».

«Jusqu'à présent, la majorité des manifestations où on est intervenu de façon plus coercitive, c'était basé principalement sur des actes criminels», a-t-il ajouté.

M. Parent a aussi confirmé que des accusations pourraient dorénavant être portées envers les organisateurs des manifestations, en vertu de la nouvelle loi 78 adoptée par l'Assemblée nationale.

Photo: André Pichette, La Presse

Marc Parent, directeur du Service de police de la Ville de Montréal.