L'interminable affrontement entre le Canadien et la Ville de Montréal autour de l'évaluation foncière du Centre Bell aura coûté 1,1 million aux contribuables.

Mis à jour le 31 mars 2011
Karim Benessaieh LA PRESSE

Selon les documents consultés par La Presse, cette somme a été entièrement versée à la firme de comptables Fauteux Bruno Bussière Leewarden, notamment pour les services d'expert comptable de Gilles Bussière. Cette semaine, le comité exécutif a voté une rallonge de 60 505 $ pour les honoraires de M. Bussière, qui avait la tâche d'épauler les avocats dans leurs plaidoiries. Le tarif horaire de cet expert de haut calibre est de 260 $ l'heure, auquel il faut ajouter celui de son adjoint, à 160 $ l'heure.

On explique à la Ville que M. Bussière a «assisté et fourni un soutien technique important» à l'expert évaluateur, qui a recouru régulièrement à ses services.

La cause en vaut de toute évidence la chandelle, la somme au coeur du litige étant d'environ 6 millions par année. Le Canadien de Montréal conteste systématiquement l'évaluation foncière du Centre Bell depuis 2004. L'an dernier, la facture d'impôt foncier a été de 9,5 millions, pour une valeur estimée de 225 millions pour la période 2007-2010. L'organisation du Canadien, elle, estime que la valeur devrait être trois fois moindre, soit 72 millions, pour un avis d'impôt foncier de 3 millions.

La cause a nécessité plus de 200 jours d'audience devant le Tribunal administratif du Québec. La fin approche: la présentation de la preuve a été bouclée le 31 juillet 2010 et les avocats des deux parties ont déposé leurs plaidoiries écrites. Le TAQ a pris la cause en délibéré le 23 février dernier et devrait rendre sa décision d'ici le 30 juin.

Le Centre Bell a été construit en 1996 au coût de 240 millions. En octobre 2009, le Canadien, le Centre Bell et le promoteur de spectacles Groupe Spectacles Gillett - devenu evenko - ont été achetés 575 millions par la famille Molson. La valeur du Centre Bell dans cette transaction n'a jamais été précisée. Devant le TAQ, la Ville a exhibé des documents internes lors de la vente de l'équipe à George Gillett en 2001, établissant alors la valeur de l'édifice à 100 millions.