Lorsqu’ils sont trop usés pour permettre aux cyclistes de rouler, les pneus et les chambres à air de vélo finissent souvent à la poubelle. Il suffit toutefois d’un peu de peinture et de quelques billes pour transformer le caoutchouc en un bijou.

Publié le 24 janvier
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

Un collier fait à partir d’un pneu peint en mauve et en rose. Une chambre à air transformée en cravate. Voilà quelques créations qui ont émergé des ateliers de fabrication de bijoux organisés par l’organisme d’action citoyenne Solon Collectif et la Ruche d’art Yéléma, l’automne dernier. « J’étais vraiment dans mon élément », lance Amarande Rivière, artiste visuelle et facilitatrice d’ateliers pour la Ruche d’art Yéléma. « Je n’avais pas encore touché à ça, mais je me suis dit que c’était un beau défi. »

Après avoir apprivoisé les matériaux (pneus et chambres à air) en découpant, en collant et en peignant, Amarande Rivière était prête à guider deux groupes (composés notamment de mères seules) dans leur processus créatif, au cours des ateliers. En voyant les quelques modèles préparés par l’artiste, les mères participant à l’un des ateliers étaient impressionnées. « Elles me disaient : “Est-ce que je serai capable de faire ça ?” raconte Mme Rivière. Mais bien sûr que oui ! »

Transition écologique

En plus de donner une deuxième vie à des pneus et à des chambres à air irréparables, les ateliers étaient un prétexte pour aborder la question du vélo avec les familles présentes, raconte Maude Ménard-Chicoine, chargée de mobilisation dans Rosemont–La Petite-Patrie chez Solon Collectif. « On voulait faire quelque chose d’agréable, mais qui a un lien avec la mobilité et qui permet de parler de vélo avec les enfants ou de vélo d’hiver », raconte-t-elle.

Il y a beaucoup de gens qui s’intéressent déjà à la transition écologique. Le but était d’aller vers des gens qui ne s’y intéressent pas nécessairement et de créer des ateliers qui permettent de les rejoindre, sans arriver avec nos gros sabots.

Maude Ménard-Chicoine, chargée de mobilisation dans Rosemont–La Petite-Patrie chez Solon Collectif

La mise en place d’un nouveau modèle économique et social pour combattre la crise climatique ne doit laisser personne derrière, souligne Maude Ménard-Chicoine. « Il faut mettre l’humain au cœur de cette transition écologique », dit-elle.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Les pneus et les chambres à air de vélo deviennent des bracelets et des colliers colorés.

Et pour ce faire, des liens doivent être tissés au sein des communautés, selon elle. « C’était beau de voir les enfants qui ont fait des connexions durant l’atelier, relate Mme Ménard-Chicoine. Ils disaient spontanément : “Je viens de créer un bijou, veux-tu être mon ami ?” »

Encore trop de pneus à la poubelle

Lorsqu’ils ne deviennent pas des bijoux colorés, les pneus et les chambres à air en fin de vie peuvent être apportés à certains centres qui récupèrent des pneus de camion, de voiture et de bicyclette. Le caoutchouc est ensuite transformé en poudre et remodelé pour créer de nouveaux objets, explique Marc Olivier, professeur-chercheur au Centre de transfert technologique en écologie industrielle de Sorel-Tracy.

Consultez le site de Recyc-Québec

Les pistes d’athlétisme, les dos d’âne pour ralentir les voitures et les tapis pour donner plus de confort aux vaches à l’étable sont quelques-uns des objets fabriqués à partir de cette poudre de caoutchouc, énumère M. Olivier. Seuls les pneus trop souillés par la boue ne peuvent être récupérés et sont alors brûlés.

Les centres qui récupèrent les pneus sont encore méconnus, soutient Marc Olivier. Hormis les ateliers de réparation de vélos qui sont au courant, bon nombre de cyclistes ignorent l’existence de ces programmes de récupération. « La majorité [des pneus] se retrouve dans les bacs noirs et après dans les sites d’enfouissement », se désole le professeur-chercheur.

Quelques chiffres

240 171

Nombre de pneus de vélo ou de chambres à air récupérés par Recyc-Québec en 2020

Source : Recyc-Québec

2,1 millions

Nombre de cyclistes qui utilisaient le vélo comme moyen de transport au Québec en 2020

Source : Vélo Québec

Écrivez-nous pour faire partager vos « idées vertes »