(Drummondville) Les autorités municipales de Drummondville lancent à leur population un appel à la mobilisation pour s’opposer à l’autorisation donnée par le gouvernement du Québec à la multinationale Waste Management de continuer à exploiter le lieu d’enfouissement technique du secteur Saint-Nicéphore.

Jean-Philippe Denoncourt La Presse Canadienne

Une assemblée publique de consultation sera tenue lundi soir prochain à Drummondville par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Le gouvernement affirme que le lieu d’enfouissement de Saint-Nicéphore atteindra sa pleine capacité dans deux mois et que les possibilités de détourner vers d’autres lieux les matières résiduelles éliminées actuellement à ce site sont très limitées, voire inexistantes.

Québec a donc l’intention de décréter la création d’une zone d’intervention spéciale afin de permettre la poursuite de l’exploitation du lieu d’enfouissement pour éviter que des enjeux d’hygiène et de salubrité publique affectent tout le sud du Québec.

Or, les récriminations des élus de Drummondville sont nombreuses à propos de cette autorisation, notamment parce qu’elle pourrait s’échelonner sur une période de 10 ans. Le conseil municipal affirme que cette autorisation va à l’encontre de la volonté de la population.

La Ville de Drummondville signale avoir pris note d’importantes réserves formulées dans le passé dans ce dossier par le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. Elle rappelle aussi que des jugements de tribunaux lui ont donné raison.

Le maire, Alain Carrier, ajoute que la décision représente une atteinte à l’autonomie des municipalités.

Cependant, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques signale qu’une zone d’intervention spéciale est adoptée par décret et se substitue à la réglementation locale et régionale d’aménagement et d’urbanisme. De plus, une telle zone restera en vigueur jusqu’à ce que le gouvernement décide d’abroger son décret.

Le secteur de Saint-Nicéphore longe la rivière Saint-François, dans le sud-est de Drummondville.