(Ottawa) Le gouvernement plantera cette année 30 millions des 2 milliards d’arbres promis d’ici 2030, soit 1,5 % du nombre total visé.

Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

Le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, a affirmé en conférence de presse, vendredi, que la plantation est déjà en branle, et que son ministère finalisait des ententes « qui contribueront à la plantation de plus de 30 millions d’arbres dans l’ensemble du pays, tant en milieu urbain qu’en milieu rural ».

En soustrayant ces 30 millions aux 2 milliards promis, cela signifie que chaque année, entre 2022 et 2030, il faudra planter 219 millions d’arbres par année, soit environ 600 000 sur une base quotidienne, pour atteindre la cible.

Mais les libéraux persistent et signent : elle le sera.

Le ministre O’Regan a plaidé que la croissance suivrait une courbe exponentielle au cours des prochaines années.

« Nous allons atteindre notre objectif pour 2030 », a dit le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, qui participait aussi à la conférence de presse de vendredi de la Colombie-Britannique.

La promesse a été faite pour la première fois en campagne électorale par le premier ministre Justin Trudeau. Il l’avait formulée le 27 septembre 2019, le jour où il rencontrait à Montréal la jeune militante écologiste Greta Thunberg.

GRAPHIQUE FOURNI PAR LE MINISTÈRE DES RESSOURCES NATURELLES DU CANADA

Les progrès ont cependant été lents ; jusqu’à tout récemment, aucun arbre n’avait été planté au pays dans le cadre de ce programme. La pandémie de COVID-19 a été pointée du doigt par le gouvernement pour expliquer ce retard.

L’initiative fédérale nécessite des discussions avec divers ordres de gouvernement, avec des représentants des communautés autochtones et l’industrie forestière. Elle devrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 12 mégatonnes d’ici 2050, prévoit le gouvernement.

Assorti d’une enveloppe de 3,16 milliards, le projet décennal devrait créer jusqu’à 4300 emplois verts.