La crise du recyclage s’aggrave. Les centres de tri de Montréal, de Châteauguay et de Saguenay du groupe TIRU ont l’intention de fermer leurs portes. Le gouvernement tient une rencontre d’urgence vendredi pour trouver une solution, a appris La Presse.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

Plusieurs options sont sur la table : trouver un repreneur ou encore injecter des fonds pour donner de l’oxygène à TIRU. Les 20 millions en cinq ans annoncés dans le dernier budget s’avèrent insuffisants pour soutenir les centres de tri, incapables d’écouler leurs stocks. La fermeture des marchés chinois et indiens leur fait mal.

Le gouvernement Legault a été alerté au cours des derniers jours d’une fin prochaine des activités dans les centres de tri de TIRU. « La menace, elle est réelle, elle est sérieuse », a affirmé le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, lors d’un entretien avec La Presse, mercredi. TIRU ferait « possiblement une annonce dans les prochains jours » sur une cessation des activités selon lui.

PHOTO PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Le ministre québécois de l'Environnement, Benoit Charette

« Dès qu’on a eu écho de cette possibilité bien réelle, on a mis en place des mesures », a-t-il ajouté. « On regarde, sans rien pourvoir confirmer à ce moment-ci, s’il n’y a pas un repreneur qui pourrait être disposé » à prendre la relève.

La rencontre de vendredi réunira des représentants du gouvernement, de la ville de Montréal de Recyc-Québec et de TIRU.

L’impact de la fermeture des centres de tri aurait un impact majeur pour la métropole. Les deux centres de tri, celui de Saint-Michel et le nouveau de Lachine, traitent plus de 150 000 tonnes de matière par année en provenance de la métropole.

« Ça nous préoccupe », a reconnu la mairesse Valérie Plante. « On sait qu’on a de la difficulté à écouler nos papiers mixtes avec les décisions de la Chine et maintenant de l’Inde. Il faut vraiment qu’on trouve des solutions. »

Elle veut éviter que les matières recyclables prennent le chemin du dépotoir. « Mais en même temps, la Ville de Montréal a difficilement la capacité de donner encore plus d’argent dans ces centres-là. On a besoin de Québec », a-t-elle ajouté.

En 2018, l’administration Plante avait débloqué 29 millions pour empêcher la fermeture du centre de tri de Saint-Michel.

« La solution facile dans tous les cas, celle que l’on veut éviter, c’est l’enfouissement », a dit de son le ministre Charette. Il rappelé qu’au cours des derniers mois, des États américains ont renoncé au recyclage et ont recours à l’enfouissement, « et c’est ce qu’on veut éviter à tout point de vue. »

Trouver un repreneur, « c’est quelque chose qui doit être envisagé pour ne pas que les opérations du jour au lendemain cessent. On parle quand même de grands centres, et on peut imaginer ce que ça représente comme volume. »

Il accuse les gouvernements précédents de ne pas avoir agi alors que la crise se dessinait. Il compte annoncer un plan prochainement.

Le tiers des matières recyclables du Québec

Le Groupe TIRU, filiale de la multinationale française EDF, est responsable de quatre des 26 centres de tri du Québec par le biais de ses entreprises Rebuts Solides Canadiens et Compagnie de papiers MD.

TIRU gère ainsi les opérations des deux centres de tri de Montréal ainsi que ceux de Saguenay et de Châteauguay — ce dernier étant le seul dont il est également propriétaire.

Environ 300 000 tonnes de matières recyclables transiteraient ainsi par les installations gérées par le Groupe TIRU, estime un acteur du milieu qui a demandé à La Presse de taire son identité parce qu’il n’est pas autorisé à dévoiler cette information.

Recyc-Québec, qui connait les données propres à chaque centre de tri affirme qu’elles « ne peuvent être communiquées à une tierce partie », a déclaré à La Presse sa porte-parole, Brigitte Geoffroy.

Le Groupe TIRU était aussi responsable des opérations du centre de tri de Longueuil, mais a mis fin à ses activités en novembre dernier en raison de son incapacité à obtenir une couverture d’assurances pour cet établissement.

Les matières qui y étaient traitées ont été détournées principalement vers les centres de tri de Châteauguay et du complexe environnemental Saint-Michel, à Montréal.

Absence de débouchés

La Presse rapportait lundi que l’Inde a significativement restreint ses importations de papier mixte, depuis décembre, emboîtant ainsi le pas à la Chine, qui avait fait de même il y a deux ans.

Les centres de tri ont donc de plus en plus de difficulté à écouler cette matière, composée notamment des circulaires et journaux, des boîtes de céréales et des autres papiers que les Québécois mettent dans leur bac de récupération.

D’ailleurs, La Presse rapportait vendredi dernier le débordement du centre de tri du Complexe environnemental de Saint-Michel, à Montréal, et de celui de Châteauguay, gérés par le Groupe TIRU, une situation que l’entreprise attribuait notamment à la difficulté de trouver preneur pour le papier.

Cette fois, le Groupe TIRU n’a pas répondu aux questions de La Presse.

Recyc-Québec dit pour sa part travailler à une solution avec les parties concernées.

« La situation confirme la nécessité de revoir le système de collecte sélective au Québec et des annonces seront faites en ce sens prochainement », a indiqué la porte-parole Brigitte Geoffroy.

Éco Entreprises Québec (ÉEQ), l’organisme qui représente les entreprises fabriquant et vendant sur le marché québécois contenants, emballages et imprimés et qui finance la collecte sélective, abonde dans le même sens.

« Il est grand temps que la modernisation de la collecte sélective se mette en place et que les entreprises jouent un rôle accru alors qu’elles financent le système de collecte sélective depuis 15 ans », a déclaré à La Presse la porte-parole de l’organisme, Yourianne Plante.