(Halifax) Un groupe de chercheurs conclut que la hausse du nombre d’incidents de baleines noires de l’Atlantique Nord emmêlées dans des engins de pêche nuit à la capacité de reproduction de l’espèce.

La Presse Canadienne

L’Institut océanographique Woods Hole a récemment publié un rapport concernant cette espèce en voie de disparition et qui traite des principales menaces auxquelles elle fait face au moment où s’ouvre la saison du vêlage.

L’un des scientifiques principaux de l’organisation et coauteur du rapport, Michael Moore, explique que les baleines gaspillent d’importantes quantités d’énergie pour se libérer des engins de pêche et soigner leurs blessures plutôt que d’utiliser cette énergie pour prendre soin de leurs veaux.

Michael Moore ajoute que plus les baleines se déplacent vers les eaux froides du golfe du Saint-Laurent, plus l’équipement de pêche se fait imposant ce qui, selon le chercheur, représente un danger encore plus grand d’accrochages pour ces mammifères.

D’après le rapport de l’institut, 85 % des décès de baleines noires entre 2010 et 2015 étaient dus à des incidents d’empêtrement. De plus, les taux de cas d’accrochages mortels et non mortels sont en hausse.

Par ailleurs, l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique a annoncé, le mois dernier, que la population de baleines noires de l’Atlantique Nord avait diminué dramatiquement, passant de 412 à 366 individus entre 2018 et 2019.

— — —

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses de Facebook et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.