Le ministre québécois des Forêts, Pierre Dufour, a provoqué un tollé chez plusieurs scientifiques et écologistes, lundi, en affirmant que couper plus d’arbres permettrait de réduire les gaz à effet de serre (GES). Le ministre a-t-il raison ? Nous avons fait le point avec plusieurs experts.

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Les affirmations du ministre Dufour

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Pierre Dufour, ministre des Forêts

« L’augmentation de la production de bois, l’augmentation de la récolte permettront d’augmenter la séquestration de carbone en forêt. […] Si on plante juste des arbres et qu’on ne fait pas de gestion de forêt, à un moment donné, tu vas avoir un effet inverse, a affirmé le ministre. La forêt en soi ne fera plus son travail de capter le carbone, de faire en sorte que les GES soient contenus. »

La réaction du premier ministre

Tout juste avant d’entrer en chambre pour la période des questions, hier, le premier ministre François Legault a réagi au tollé soulevé par son ministre. « Remplacer de vieux arbres par des arbres neufs, je pense que ça peut aider effectivement du côté de l’environnement. Maintenant, c’est couper pour mieux planter. Donc il faut regarder l’aménagement du territoire. Et c’est bon qu’il y ait une prévisibilité sur trois ans. Ça permet justement de mieux orienter la plantation. »

Oui, mais…

« Cette idée [du ministre Dufour], ça ne sort pas de nulle part », signale Évelyne Thiffault, professeure au département des sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval. En février dernier, Mme Thiffault a d’ailleurs publié un article avec deux collègues dans la revue Forestry. L’objectif était de démontrer que la gestion et l’aménagement écosystémique de nos forêts pouvaient contribuer à réduire nos émissions, en permettant notamment de remplacer des matériaux comme l’acier et le ciment. 

La chercheuse contredit cependant le ministre quand il dit que « l’augmentation de la production de bois, l’augmentation de la récolte permettront d’augmenter la séquestration de carbone en forêt ». Ce n’est pas la coupe d’arbres qui va réduire nos GES, mais ce qu’on fera avec ce bois. « Pour ça, il nous faut avoir une gestion écosystémique de nos forêts. » Est-ce que le Québec gère la forêt de façon écosystémique ? « Ça fait partie de nos recommandations », a-t-elle répondu.

Des conclusions contestées

Allison Munson, elle aussi professeure au département des sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval, se montre critique des conclusions de sa collègue Évelyne Thiffault. Elle trouve notamment que les modèles utilisés ne sont pas assez précis. « Ce sont des prédictions trop simplistes. » Elle signale également que l’idée d’augmenter les coupes ne tient pas compte de plusieurs autres enjeux, dont la biodiversité, la protection des espèces menacées et l’objectif d’augmenter la proportion d’aires protégées.

« Un dossier complexe »

« C’est un dossier complexe », affirme de son côté Pier-Olivier Boudreault, biologiste et responsable des dossiers sur la conservation à la Société pour la nature et les parcs (SNAP), section Québec. Il reconnaît qu’il peut y avoir un certain intérêt à utiliser plus de bois, mais 50 % des produits issus des coupes forestières ont une courte durée de vie et ne permettent donc pas de réduire le bilan de GES. De plus, « 70 % du carbone est perdu entre la récolte et le produit final [peu importe le produit final] », rappelle-t-il. L’idée du gouvernement repose donc sur le remplacement de l’acier, qui émet beaucoup plus de GES, par le bois. C’est sans compter sur le fait que des chercheurs maintiennent que les vieilles forêts stockent plus de carbone en quantité absolue que les forêts jeunes.

Un raccourci « nuisible »

Luc Bouthillier, professeur au département des sciences du bois et de la forêt à l’Université Laval, est catégorique. « C’est un raccourci qui est très nuisible [de dire] que la forêt et l’industrie forestière peuvent aider à la lutte contre les changements climatiques. » Quant à la déclaration du premier ministre, le chercheur trouve que celui-ci « va un peu vite en affaire ».

« C’est un peu simpliste comme raisonnement, dit M. Bouthillier. En effet, un jeune arbre, plus vigoureux, peut à terme capter plus de carbone que le vieil arbre. Mais il faut l’aider à grandir, ce petit arbre, le protéger des insectes nuisibles, des incendies, etc. »

La mise en garde des scientifiques européens

En 2017, un groupe de 190 scientifiques a mis en garde l’Union européenne contre les risques d’augmenter les coupes forestières. « Augmenter les niveaux de coupes a un impact négatif sur le climat puisque les forêts coupées ne captent plus de carbone. Cela peut prendre jusqu’à des centaines d’années pour retrouver le niveau de captation de carbone de l’ancienne forêt [en plantant de nouveaux arbres]. » La SNAP a d’ailleurs demandé hier au gouvernement de tenir une évaluation environnementale stratégique (EES) avant de mettre en place la nouvelle « orientation » du gouvernement. Selon l’organisme, l’efficacité de mesures comme celles proposées est « discutable » et « vient accélérer le déclin de la biodiversité ».

— Avec la collaboration de Tommy Chouinard et Martin Croteau, La Presse

Ils ont dit...

Pierre Dufour, ministre des Forêts

« Il faut couper notre forêt qui vieillit et l’améliorer avec une nouvelle forêt qui est du nouvel ensemencement. [...] Le bâtiment de bois, c’est le bâtiment du futur pour tout ce qui est captation du carbone. » Au sujet des cibles de réduction de GES : « C’est là-dessus qu’on travaille présentement. Nos experts travaillent présentement là-dessus. [...] On a des cibles, mais je ne vous donnerai pas des chiffres tant que je n’aurai pas des chiffres compétents à vous donner. »

Manon Massé, Québec solidaire

« Une des propositions n’est pas d’en couper plus, mais de s’assurer que le bois coupé, que le bois d’œuvre qui est fait serve à changer de matériaux, notamment pour la construction des bâtiments commerciaux. »

Gabriel Nadeau-Dubois, Québec solidaire

« Il est “réducteur” de résumer l’impact écologique de l’industrie forestière à ses effets sur les changements climatiques. [...] Comment on gère la forêt québécoise, ça a aussi un impact sur la biodiversité. Ça a aussi un impact sur les habitats, par exemple celui du caribou forestier. »

Pierre Arcand, Parti libéral

« Alors qu’on fait une marche sur le climat, je n’ai pas tellement bien compris l’idée du ministre. Comme vous savez, il y a toute la question du caribou, la question du bois, etc. Alors, que M. Dufour s’explique là-dessus parce que moi, je n’ai pas tellement bien saisi. [...] Le dossier n’est pas si simple que ça. La façon dont ça a sorti, ce n’est pas si simple que ça. Je ne suis pas sûr qu’il s’est bien aidé hier. »

Pascal Bérubé, Parti québécois

« Je viens d’une région forestière où les gens ont des lots à bois. Et quand ils coupent des cordes de bois de chauffage pour l’hiver, ils ne disent pas que c’est pour diminuer les GES. Alors, je ne sais pas d’où provient cette théorie, je ne sais pas si quelqu’un peut corroborer.[...] C’est comme le troisième lien qui devient un projet écologique parce qu’il y a des voitures électriques qui vont rouler dessus. C’est créatif. »