Les scientifiques sont ceux qui ont sonné l’alarme sur les changements climatiques. Ils doivent maintenant appuyer la mobilisation citoyenne et, surtout, proposer des solutions pour nous sortir de l’impasse. C’est le message qu’a lancé hier le metteur en scène et fondateur du Pacte pour la transition Dominic Champagne, qui a profité du congrès de l’ACFAS pour révéler qu’il dévoilera bientôt ses propres « propositions ».

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

« La mobilisation a besoin de vous. Elle a besoin de s’appuyer sur la science », a lancé hier aux chercheurs celui qui revenait tout juste de sa visite aux politiciens au cours du conseil général de la Coalition avenir Québec pour tourner son porte-voix vers une nouvelle cible.

Signal fort, la plus grande rencontre scientifique de la francophonie s’est ainsi ouverte sur le thème de la « transition écologique ». « On parle, je pense ici, de l’avenir de l’humanité », a dit la présidente de l’ACFAS, Lyne Sauvageau, lors du discours d’ouverture.

Des « propositions » pour la semaine prochaine

Dominic Champagne a révélé au passage qu’il dévoilerait lui-même ses solutions pour lutter contre les changements climatiques.

« J’ai entrepris, avec d’autres scientifiques, des gens qui s’y connaissent, de rédiger un certain nombre de propositions qu’on va lancer la semaine prochaine. » — Dominic Champagne, metteur en scène et fondateur du Pacte pour la transition

Questionné par La Presse à ce sujet, M. Champagne n’a pas voulu trop en dire.

« Il y a peut-être 40 cerveaux que j’ai sollicités depuis quelques mois. C’est quoi les solutions, c’est quoi les propositions ? Qu’est-ce qu’on peut inspirer à notre gouvernement ? »

Le devoir de s’engager

Dominic Champagne dit avoir besoin des scientifiques pour poursuivre son combat pour la transition énergétique.

« En ce qui me concerne, je deviens émotif, je dérape, je fais de grandes envolées. Je suis un lyrique, un baroque. […] J’ai besoin que mon message soit crédible. J’ai besoin de faire sentir à la population que le message d’alerte que je lance, c’est celui de la science », a dit celui qui souligne qu’il se fait souvent traiter « d’hystérique » et qu’il doit être appuyé.

Il n’est pas le seul. Dominic Champagne a affirmé qu’aujourd’hui, « la plus haute autorité morale en matière de lutte contre les changements climatiques » est une adolescente suédoise de 16 ans, Greta Thunberg.

« Greta Thunberg, elle a besoin de vous. Elle s’appuie sur le message de la science. » — Dominic Champagne, metteur en scène et fondateur du Pacte pour la transition

Dominic Champagne souligne que c’est la même chose pour les élèves et étudiants qui font la grève tous les vendredis pour exiger plus d’action dans la lutte contre les changements climatiques.

« Pour éclairer les esprits, votre contribution n’est pas seulement essentielle. Je pense que vous avez un devoir de vous commettre. Ça prend un discours qui a l’autorité de ceux qui ont la connaissance », a-t-il aussi lancé aux chercheurs, les incitant à descendre de leur tour d’ivoire, comme il dit l’avoir fait lui-même.

Mais au-delà de sonner l’alarme, il incite les scientifiques à imaginer des solutions technologiques, à orienter les politiques publiques, à se prononcer sur les priorités à établir.

« Je pense qu’on le sait que ça va mal – même s’il y a encore un peu d’ignorance à chasser là-dessus. Il faut alerter, il faut le dire, mais on ne peut pas juste faire ça. Il faut aussi des solutions », a-t-il résumé à La Presse en marge de son allocution.