Le parterre était deux fois moins garni que lors du passage de ses rivaux, mais le moment n'en était pas moins « historique », selon ses propres dires : Manon Massé était l'invitée, hier midi, de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, une première pour Québec solidaire.

Mis à jour le 20 sept. 2018
Jean-François Codère LA PRESSE

Le président de la Chambre, Michel Leblanc, a souligné d'entrée de jeu qu'il s'agissait d'une première pour un élu de Québec solidaire.

« Je peux vous dire qu'Amir Khadir m'a entrepris lors de nombreuses discussions en me disant : "Michel, ça n'a pas de bon sens", en m'accusant de tous les maux de la Terre, et je disais toujours : "Amir, c'est quand le milieu des affaires va me signaler qu'il veut vous écouter que je vais vous inviter." »

Ce désir d'entendre les idées du plus à gauche des quatre principaux partis provinciaux était cette fois suffisant pour inviter Mme Massé. Environ 200 personnes se sont déplacées, comparativement à 450 pour Philippe Couillard et environ 400 pour Jean-François Lisée. François Legault se fera entendre sur la même tribune le 28 septembre prochain.

Salaires des patrons, salaire minimum, hausse des perceptions fiscales auprès des plus fortunés et des grandes entreprises, gratuité de la scolarité et des soins dentaires, fin des versements au Fonds des générations, prise de contrôle des mines de lithium et nationalisation du transport interurbain font, entre autres, partie du projet de Québec solidaire et ont ainsi été exposés à l'auditoire.

« Ce n'est pas inintéressant que nos gens du milieu des affaires reçoivent cette parole, l'entendent... et après ça, bien je vous laisse tout le loisir de la critiquer », a relevé Mme Massé.

SALAIRES DES PATRONS

Celle-ci a entre autres rappelé l'engagement de son parti à imposer un ratio de 30 pour 1 aux salaires des hauts dirigeants d'entreprises privées qui recevraient l'aide de l'État par rapport à celui de leur employé le moins bien rémunéré.

« On l'appelle notre clause Bombardier, on lui a donné un petit nom intime. »

Ce ratio serait limité à 10 pour 1 dans le secteur public.

« L'État intervient beaucoup dans l'économie, quoi qu'en dise la CAQ, fait-elle valoir. Le problème, c'est qu'il intervient toujours au bénéfice du haut de la pyramide. »

SALAIRE MINIMUM

Quant à une hausse du salaire minimum à 15 $ l'heure dès le 1er mai prochain, si elle devait être élue, Mme Massé affirme que l'expérience ontarienne « n'est pas le cataclysme : pas d'impact majeur sur l'inflation, pas d'impact négatif sur le marché de l'emploi, pas de fermetures, pas de catastrophe, mais une maudite gang de monde qui vivent beaucoup plus dans la dignité ».

À ceux qui lui reprochent, comme l'a fait M.Couillard à l'occasion du premier débat des chefs, de vouloir cesser les versements au Fonds des générations afin d'investir dans la lutte contre les changements climatiques, au risque de voir la cote de crédit du Québec baisser, elle a une réponse claire.

« Pour moi, le GIEC [Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat] est plus important que Moody's. »

PROGRAMME OU ENGAGEMENTS ?

Après sa conférence, Mme Massé a été interrogée par M. Leblanc sur certains aspects du programme de son parti très éloignés des positions de la Chambre, à commencer par des nationalisations partielles ou complètes dans les secteurs des banques, du bois, des mines et du transport interurbain.

Elle a alors semblé vouloir tempérer le contenu de son programme.

« Notre programme s'est construit pendant 11 ans avec des milliers de mains et une participation citoyenne importante, a-t-elle commencé par expliquer. Moi, ce que je veux faire, ce sont nos engagements, là. »

Plus tard, en point de presse, elle a pu préciser que le programme « est [leur] projet de société complet et que ce n'est pas vrai [qu'ils peuvent] le réaliser en quatre ans ». La liste des travaux à exécuter lors d'un premier mandat constitue ses « engagements ».

Dans ces « engagements », la seule nationalisation envisagée est celle du transport interurbain, où « l'entreprise privée a échoué », estime-t-elle. Son gouvernement voudrait aussi prendre des participations majoritaires dans les mines québécoises de lithium, composant principal des piles modernes, afin qu'il soit transformé au Québec plutôt qu'exporté.