L’Université Ryerson à Toronto, nommée en l’honneur d’un des architectes des pensionnats autochtones, s’appellera dorénavant l’Université métropolitaine de Toronto (Toronto Metropolitan University).

Publié le 26 avril
Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Le Conseil des gouverneurs de l’université a approuvé à l’unanimité mardi la nouvelle appellation, a annoncé l’institution.

« Les noms sont importants. Ils disent au monde qui nous sommes et ce que nous représentons. Ils communiquent des idées, des valeurs et des aspirations. Ils s’adressent à l’avenir tout en reconnaissant le passé », peut-on lire sur son site internet.

Les consultations pour renommer l’université ont débuté l’automne dernier. Elles répondaient à l’une des recommandations du plan d’action pour favoriser l’inclusion adopté par la direction peu après la découverte de sépultures anonymes près d’anciens pensionnats autochtones au Canada.

Ces derniers mois, la pression s’accentuait sur l’institution pour qu’elle soit rebaptisée.

Son ancien homonyme, Egerton Ryerson, est une figure marquante de l’éducation au pays. Mais il est aussi reconnu comme l’un des penseurs des pensionnats autochtones. En juin dernier, des militants avaient déboulonné la statue à son effigie sur le terrain de l’université.

Dans un communiqué, le président de l’établissement, Mohamed Lachemi, assure que le nouveau nom « n’a pas pour but d’effacer notre histoire. »

« Nos valeurs sont la base sur laquelle nous avons construit notre culture unique, dynamique, diverse et intentionnellement inclusive. Notre nouveau nom s’appuie sur ces valeurs et, avec nos 73 années d’excellence et de réussite, il est destiné à être un nom qui nous unifie tous — un lieu où tous les membres de notre communauté ont leur place », a-t-il déclaré.