(Québec) La liste des allégements financiers que contiendra le minibudget du 25 novembre s’allonge. Le gouvernement Legault entend mettre en place des mesures incitatives pour recruter davantage d’enseignants qualifiés.

Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Questionné au Salon bleu par la cheffe libérale, Dominique Anglade, au sujet de la pénurie d’enseignants, le premier ministre François Legault a déclaré que son gouvernement travaillait sur les moyens d’augmenter le recrutement.

Québec a créé un programme de « maîtrise qualifiante en éducation préscolaire et en enseignement primaire » permettant à des bacheliers d’autres domaines que l’enseignement de devenir professeurs. Ce nouveau programme n’est offert qu’à l’Université de Montréal pour le moment, et la demande dépasse l’offre. Québec veut que d’autres universités donnent la formation. Mais il compte aller plus loin. « Je vous invite à bien écouter la mise à jour de mon collègue des Finances le 25 novembre prochain, on va continuer de mettre des incitatifs pour avoir plus d’enseignants qualifiés », a soutenu François Legault lors de la période des questions au Salon bleu jeudi.

Relancé par Mme Anglade, qui accuse le gouvernement de se traîner les pieds dans ce dossier, François Legault a ajouté : « Déjà, on a fait beaucoup, mais ce n’est pas assez, on va continuer. Puis j’invite la cheffe de l’opposition officielle à être patiente. Le 25 novembre, on va continuer à augmenter le nombre de places, augmenter les incitatifs pour que les enseignants soient reconnus dans notre société comme étant des personnes extrêmement importantes pour l’avenir. »

Le gouvernement n’a pas encore pris de décision, mais les mesures incitatives évoquées par le premier ministre pourraient prendre la forme, par exemple, d’un allégement des droits de scolarité pour ceux qui font le choix de la maîtrise qualifiante.

François Legault a toutefois tenu à préciser que tous les bacheliers ne peuvent avoir accès au nouveau programme de maîtrise qualifiante permettant de devenir enseignant. « Je ne veux pas donner d’exemples pour stigmatiser certains baccalauréats, mais on peut, tout le monde, penser à certains bacs où on ne peut pas, avec seulement une maîtrise, transformer ces personnes-là en enseignants qualifiés. Monsieur le président, ce n’est pas moi qui le dis, là, ce sont les experts des facultés d’éducation », a-t-il soutenu.

Dominique Anglade a relevé que 30 000 professeurs enseignent aux enfants en ce moment alors qu’ils ne sont pas légalement qualifiés.

François Legault a déjà indiqué que la mise à jour contiendra d’autres allégements financiers : un coup de pouce aux Québécois frappés par la hausse du coût de la vie, une bonification du crédit d’impôt pour frais de garde d’enfant et de nouvelles mesures fiscales ou financières destinées aux 60 à 69 ans qui restent sur le marché du travail ou y retournent.

Le minibudget sera également l’occasion pour le gouvernement de faire le point sur l’état des finances publiques, grevées par la pandémie. Québec garde le cap sur un retour à l’équilibre budgétaire en 2027-2028. Le ministre des Finances, Eric Girard, a récemment confié à La Presse que le déficit anticipé de 12,3 milliards de dollars pour l’année en cours serait revu à la baisse en raison d’une relance économique plus forte que prévu.