Québec « détourne » près de 200 millions de dollars en transferts fédéraux qui devraient être destinés aux étudiants, soutiennent deux associations du monde collégial et universitaire.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et l’Union étudiante du Québec (UEQ) demandent que cette somme en provenance d’Ottawa soit investie dans le programme de prêts et bourses plutôt que de continuer à financer d’autres dépenses de l’État.

Cette affaire trouve son origine dans la décision du gouvernement fédéral, en 2016, d’abolir les crédits d’impôt pour études et pour manuels scolaires dont bénéficiaient les étudiants de tout le pays. En lieu et place, Ottawa a décidé de bonifier son programme de prêts et bourses.

Or, comme Québec a son propre programme d’aide financière aux études, il a exercé son droit de retrait avec pleine compensation financière. Il disait s’attendre à un transfert de 80 millions de la part du fédéral en 2016-2017.

La FECQ et l’UEQ avaient alors plaidé que comme les étudiants québécois touchaient les crédits d’impôt d’Ottawa, ceux-ci risquaient d’essuyer une perte si Québec les privait de la compensation de 80 millions. Le gouvernement Couillard avait donc accepté à l’époque de retourner cette somme aux étudiants en bonifiant le programme de prêts et bourses.

Or, la FECQ et l’UEQ ont constaté que le transfert versé par Ottawa au fil des ans est plus élevé et que la somme supplémentaire ne va pas aux étudiants.

« Dans les dernières années, il y a eu de l’argent qui a été investi ailleurs qui aurait dû aller dans la poche des étudiants et des étudiantes. Donc techniquement, il y a de l’argent qui a été détourné », accuse le président de la FECQ, Philippe Clément.

Compensation de 197 millions

Les deux associations calculent que le gouvernement devrait toucher une somme supplémentaire d’environ 197 millions en guise de compensation en 2020. Elles réclament que cette somme retourne aux étudiants, comme les 80 millions précédents. Elles lancent la campagne « Où est notre argent ? » afin de faire pression sur Québec.

« Le gouvernement en ce moment est d’accord avec nous à l’effet qu’il y a eu une augmentation du transfert. Selon lui, la communauté étudiante perdrait moins d’argent » que 197 millions, mais ses chiffres datent de 2017, affirme le président de l’UEQ, Philippe LeBel.

« On veut en parler avec le cabinet du ministre, mais on se fait reporter, reporter et reporter, ajoute-t-il. On veut qu’ils nous entendent et qu’ils tiennent leur parole de compenser les étudiants pour chaque dollar perdu en crédit d’impôt. »

La Coalition avenir Québec (CAQ) avait en effet appuyé les associations étudiantes en 2016 pour que la compensation fédérale soit « utilisée totalement pour bonifier les prêts et bourses des étudiants », comme le disait le chef François Legault. « On est très fiers de soutenir le mouvement étudiant, la FECQ, l’UEQ, dans cette demande et on va poursuivre notre bataille pour l’éducation et pour l’accessibilité », disait Jean-François Roberge à l’époque.

La FECQ et l’UEQ proposent diverses modifications au programme québécois de prêts et bourses afin de l’améliorer grâce aux 197 millions. Ce programme, qui coûte tout près de 1 milliard de dollars par année, est le plus généreux en Amérique du Nord, mais « l’écart se rétrécit » avec les autres territoires, soutient M. Clément, sans toutefois présenter de comparaisons chiffrées.