(Québec) Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, modifie son projet de loi qui abolit les élections scolaires et transforme les commissions scolaires en centres de services aux écoles. Les parents ne seront finalement pas majoritaires au sein des conseils d’administration des centres de services.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Selon le projet de loi déposé l’an dernier, le conseil d’administration des centres de services devait être composé de huit parents, quatre représentants du personnel et quatre représentants de la communauté.

Jean-François Roberge a déposé en commission parlementaire mercredi un premier amendement qui vient modifier le portrait. Il veut que ce soit cinq parents, cinq représentants du personnel scolaire et cinq représentants de la communauté.

Les parents siégeant au c.a. seraient issus des comités de parents des écoles, ce qui était une demande de leur fédération. La présidence et la vice-présidence sont des postes réservés aux parents.

Québec fait valoir que ces changements ont été réclamés par des groupes venus témoigner en commission parlementaire. Ils visent à assurer un meilleur équilibre dans la composition du conseil d’administration et à assurer une bonne représentation des spécialistes en gestion et en éducation, explique-t-il.