(Montréal) Les employés de soutien de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) feront la grève pendant 24 heures le 3 septembre à minuit et une minute, jour de la rentrée universitaire.

La Presse canadienne

La présidente du syndicat, Louisa Cordeiro, demande à la communauté universitaire de respecter le droit à la négociation collective des 1800 employés de soutien et de ne pas franchir les piquets de grève mardi matin.

Elle affirme qu’à la suite de la dernière offre de l’employeur présentée le mois dernier, la réponse de l’assemblée générale a été un vote de grève avec appui de 93 % des participants.

Les salaires sont au cœur du litige. L’offre présentée aux syndiqués est inférieure à celle obtenue par d’autres employés du secteur universitaire québécois, d’après le syndicat. De son côté, l’UQAM dit avoir déposé une offre monétaire bonifiée au début de juillet.

Les employés de soutien de l’UQAM sont sans convention collective depuis le 31 mai 2017. Il s’agit d’employés d’entretien, de techniciens, de professionnels, d’employés de bureau et de métiers.

La direction de l’UQAM a indiqué jeudi après-midi que l’institution demeurera ouverte le 3 septembre malgré le débrayage de ses employés de soutien. Par voie de communiqué, elle a ajouté que « les activités d’enseignement s’y dérouleront selon l’horaire prévu ». L’UQAM compte quelque 39 000 étudiants.

Elle a aussi dit qu’elle donnera des renseignements sur les services qui seront affectés par la grève sur la page d’accueil du site web uqam.ca dès le 2 septembre 2019, à compter de 18 h.