Contrairement à ce qu’elle avait laissé entendre en juin dernier, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) appliquera la Loi sur la laïcité dès la rentrée en septembre.

Dominique Talbot Dominique Talbot
La Presse

Il y a deux mois, la CSDM avait voté une résolution qui prévoyait repousser jusqu’à la rentrée 2020 la loi adoptée sous le bâillon par le gouvernement Legault. À ce moment, les commissaires souhaitaient entreprendre une vaste consultation à propos de la nouvelle loi.

La présidente de la plus importante commission scolaire du Québec, Catherine Harel-Bourdon, avait quant à elle plaidé pour un « meilleur encadrement » et un « standard pour tout le monde », se disant convaincue que le réseau scolaire québécois nageait en plein brouillard sur la façon d’appliquer la loi.

Selon ce qu’a appris Le Devoir, un rapport du directeur général concernant les modalités d’application de la loi 21 sera à l’ordre du jour du prochain conseil des commissaires. Une information confirmée à La Presse par la CSDM.

En ne se soumettant pas dès septembre à la loi, le directeur général craindrait notamment de subir des sanctions du gouvernement ou la mise sous tutelle de son organisation. Déjà, les offres d’emplois sur le site internet de la CSDM informent les candidats potentiels qu’ils « sont soumis à la Loi sur la laïcité de l’État ».

Plus de détails à venir.