Tôt mardi matin, la commission scolaire des Patriotes, en Montérégie, a annoncé que toutes ses écoles étaient ouvertes pour la journée. La veille, elle avait dû en fermer plus d'une dizaine en raison des pannes de courant qui ont touché la région, mais la situation semblait réglée.

MARIE-EVE MORASSE LA PRESSE

Une heure après le début des classes, toutefois, les parents dont les enfants fréquentent les écoles primaires L'Odyssée, à Saint-Amable, et l'école Saint-Denis, à Saint-Denis-sur-Richelieu, ont commencé à recevoir un appel leur enjoignant de venir chercher leurs enfants. Faute d'électricité, ces écoles devaient finalement fermer.

Véronique Comeau avait prévu le coup et choisi de ne pas envoyer ses deux enfants à l'école.

« La veille, il n'y avait pas d'électricité, il faisait 15 ou 16 ℃ dans les classes. Je me suis réveillée le matin et Hydro-Québec disait sur son site internet qu'il y avait encore une panne. Et on nous annonce qu'il y aura de l'école quand même », se surprend-elle.

Elle estime que fermer l'école après le début des classes est un « manque de jugement » de la part de la commission scolaire. « Il y a beaucoup de parents qui étaient découragés, surtout ceux qui doivent se rendre à Montréal pour travailler », dit Véronique Comeau.

La Commission scolaire se défend bien d'avoir gardé ces deux écoles ouvertes malgré une panne qui perdurait.

« On avait bon espoir que ça reviendrait, les conditions étaient favorables pour accueillir les élèves. Fermer les écoles et suspendre les cours, c'est en dernier recours. On sait que c'est pas accommodant pour les parents », dit Marie-Michèle Blais, porte-parole de la commission scolaire.

Malgré ce que plusieurs parents en ont dit, assure-t-elle, les locaux de ces deux écoles n'étaient pas froids lorsque la décision d'ouvrir les écoles a été prise. La décision de rappeler les parents de ces quelque 550 élèves était la plus sûre dans les circonstances, ajoute Marie-Michèle Blais.

Plusieurs autres établissements fermés

Des centaines de parents de la grande région de Montréal ont également dû trouver un plan B pour leurs enfants, mardi. Tôt mardi matin, les commissions scolaires de Laval, de la Seigneurie-des-Mille-Îles (Basses-Laurentides) et des Affluents (Lanaudière) ont annoncé que leurs établissements seraient fermés pour la journée en raison du manque d'électricité dans leurs établissements.