Source ID:e0249556320b315e9a77768089bc4874; App Source:StoryBuilder

Inégalités: un nouveau «fact tank» pour mousser le «réflexe scandinave»

Nicolas Zorn est doctorant en science politique et... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Nicolas Zorn est doctorant en science politique et directeur général de l'Observatoire qui sera établi à l'Université de Montréal.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Un nouvel organisme sans but lucratif et indépendant, l'Observatoire québécois des inégalités, est lancé aujourd'hui afin de développer au Québec un «réflexe scandinave».

«En Scandinavie, chaque fois qu'ils ont un enjeu social, la première question qu'ils se posent, c'est : que dit la science?», explique Nicolas Zorn, doctorant en science politique et directeur général de l'Observatoire qui sera établi à l'Université de Montréal.

Ces dernières années, M. Zorn a rassemblé un éventail de personnalités du monde des affaires, des intervenants du milieu politique et des scientifiques pour mettre au monde ce «fact tank». L'expression fait écho à son vis-à-vis engagé, le «think tank», à la différence qu'il est accompagné d'un conseil scientifique et qu'il évalue les politiques publiques plutôt que de défendre des idées.

«On ne dira pas qu'il faut adopter une politique en particulier, comme établir le salaire minimum à 15 $ ou augmenter l'impôt pour les riches. On évaluera plutôt les politiques qui sont adoptées pour mesurer leur efficacité. Ce sera ensuite aux décideurs à prendre des décisions», explique M. Zorn.

Un enjeu qui touche tout le monde

Quoique le Québec fasse meilleure figure que ses voisins sur le plan des inégalités économiques, celles-ci ont augmenté depuis les années 80, rappelle aujourd'hui l'Observatoire nouvellement créé dans une lettre ouverte publiée dans La Presse.

«Lorsque les inégalités sont trop élevées, ça génère plusieurs problèmes sociaux. [...] On sait par exemple qu'il y a 11 années d'écart d'espérance de vie entre le quartier le plus riche à Montréal et le quartier le plus pauvre», illustre à ce propos Nicolas Zorn.

«Si Westmount et Hochelaga-Maisonneuve étaient deux pays, ils seraient l'Allemagne et le Bangladesh. Et ça, c'est ici, dans notre cour arrière», poursuit-il.

Or, ces inégalités ont toutefois des conséquences qui dépassent les frontières des foyers où elles sont vécues.

«Les conditions dans lesquelles les gens naissent ont un impact sur toutes les étapes de leur développement. Ça a un impact sur le décrochage scolaire, sur la mobilité sociale, sur le taux de criminalité et sur [bien d'autres indicateurs]», explique le chercheur montréalais.

Des budgets évalués à la loupe

L'Observatoire québécois des inégalités, inauguré en cette saison des budgets à Ottawa et à Québec, reprendra cette année une initiative qui était menée depuis quelque temps par l'Institut du Nouveau Monde (INM) : la publication d'un bulletin du plan économique fédéral et provincial quant à l'impact des mesures sur les inégalités.

«L'an dernier, on avait 70 experts d'une quinzaine de disciplines qui ont évalué les budgets pour nous dire si les mesures avaient un petit ou un gros impact et si elles augmentaient ou réduisaient les inégalités», explique Nicolas Zorn, qui travaillait auparavant pour l'INM.

L'objectif d'un tel exercice, affirme le chercheur, est de donner au public l'information et l'analyse nécessaires pour juger les politiques publiques adoptées.

«Lorsqu'il y a un débat, les gens choisissent trop souvent les études et les données qui font leur affaire, alors qu'on devrait toujours se baser sur les faits», souligne-t-il.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer