Des directeurs et directrices d'école qui décident de retourner dans les classes après seulement un an en poste. Des établissements qui supplient des directeurs à la retraite de revenir, faute de relève. Des directeurs qui doivent s'occuper de deux ou même de trois écoles à la fois.

Mis à jour le 30 avr. 2018
Philippe Mercure LA PRESSE

Recruter des directeurs et des directrices d'école et des adjoints - et les convaincre de rester en poste - demeure un défi dans la province. Et L'Association québécoise du personnel de direction des écoles (AQPDE) profitera aujourd'hui de son congrès annuel pour aborder la question avec le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx.

«L'école du XXIe siècle commande des leaders du XXIe siècle. Et pour être capable d'amener les élèves vers la réussite, il faut être capable d'aller recruter ces leaders, puis de les soutenir et de prendre soin d'eux pour les garder», dit Danielle Boucher, présidente de l'AQPDE.

«C'est lourd comme ambiance»

Marie-Ève (prénom fictif), enseignante de la commission scolaire de la Pointe-de-l'Île, a déjà accepté un poste de directrice adjointe pour remplacer une collègue pendant un congé de maternité.

«Je sais que je ne suis pas la première à qui ils ont demandé. Ils ont vraiment dû piger dans leur banque de profs. J'ai accepté en me disant que c'était un beau défi», raconte-t-elle à La Presse. Elle a fini par quitter le poste avant la fin du mandat, désillusionnée.

«Mes relations avec les autres profs se sont dégradées très rapidement. On ne me faisait plus confiance, j'étais rendue du mauvais côté de la force», raconte l'enseignante, qui n'a pas voulu être nommée, car elle côtoie toujours certains des collègues avec qui des tensions sont survenus.

Paperasse à remplir, parents mécontents qui débarquent dans le bureau, conflits entre enseignants à arbitrer : elle raconte aussi s'être retrouvée à devoir imposer des consignes de la commission scolaire certes bien intentionnée, mais qu'elle savait pertinemment inapplicables en classe.

«Je faisais des choses auxquelles je ne croyais pas. Moi, j'aime le contact avec les élèves. Là, le seul contact que j'avais avec eux, c'était quand je devais les suspendre.»

Aujourd'hui, parmi tous les enseignants qu'elle côtoie, elle n'en connaît qu'une seule qui aspire à devenir directrice. «Pour tous les autres, c'est non. On n'a pas le goût de dealer avec ça. On se sent plus valorisé auprès des enfants et on aime notre travail», dit-elle, en expliquant qu'elle a de «l'admiration» pour ceux et celles qui choisissent les postes de direction.

Une nouvelle approche

Les problèmes de recrutement et de rétention des directeurs d'école ne datent pas d'hier et avaient été documentés dans un rapport rédigé en 2001 par l'expert Jacques Charuest.

«Ça n'a pas beaucoup évolué depuis. Les banques de candidats sont vides et on a un problème de rétention. On a des gens qui viennent, qui font le travail un an et qui retournent enseigner. Ceux qui restent sont essoufflés. On a vraiment besoin de soutien», dit Danielle Boucher, de l'AQPDE.

Mme Boucher assure vouloir tenir aujourd'hui des propos «constructifs» avec le ministre Proulx. «C'est un ministre apprécié, qui est en action et avec qui on est capables d'échanger», dit celle qui représente 660 directions d'établissements scolaires dans la province.

La lourdeur des tâches, les longues heures de travail (les directeurs n'ont pas deux mois de vacances l'été comme les enseignants) et l'écart salarial trop faible avec les enseignants sont évoqués pour expliquer le peu d'attrait pour la profession. La question salariale vient toutefois de faire l'objet d'un règlement. L'écart entre le salaire d'un enseignant au dernier échelon et celui d'un directeur adjoint vient de passer de 6% à 11%, selon les chiffres fournis par l'AQPDE.

«Ce règlement avec le Ministère devrait nous aider», affirme Mme Boucher.

Revoir les tâches

Les chiffres montrent qu'alors que le nombre d'élèves et d'enseignants est généralement en hausse dans les écoles québécoises, le nombre de directeurs et de directrices suit la tendance inverse. Selon Danielle Boucher, la tendance est maintenant de regrouper les écoles, si bien que deux ou même trois écoles doivent parfois se partager un directeur ou une directrice.

«Une direction, c'est comme un pilote dans un avion. S'il n'y en a pas, ça ne va pas», estime Mme Boucher.

Les solutions? «Il faut revoir le rôle et les tâches. Il faut se demander ce qu'on enlève. Et quand le Boeing est plus gros, ça prend des copilotes. Il va falloir qu'on repense les choses et qu'on revalorise les directions», dit Mme Boucher.

ARCHIVES LE SOLEIL

Danielle Boucher est présidente de l'Association québécoise du personnel de direction des écoles (AQPDE).