Le nombre d'élèves du secondaire qui bénéficieront d'une aide alimentaire passera de 60 000 à environ 93 000 à la rentrée prochaine.

Louise Leduc LA PRESSE

À la fin du mois de mai, La Presse a publié un article dans lequel des commissions scolaires, des représentants de la Fédération des syndicats de l'Enseignement du Québec et des députés - tous en région - se désolaient de voir des élèves d'écoles secondaires défavorisées perdre l'aide alimentaire à laquelle ils avaient droit jusque-là.

Après s'être penché sur la question, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, avait expliqué que la chose était due à une mise à jour de la cote de défavorisation de chacune des écoles du Québec. Certaines n'étaient plus considérées parmi les plus pauvres de la province, d'autres l'étaient devenues selon les nouveaux calculs. Les écoles qui avaient bénéficié d'une allocation de transition allaient la perdre à la rentrée prochaine, ce qui occasionnait un certain choc. 

Jusqu'ici, seules les écoles cotées 9 ou 10 avaient droit à une aide alimentaire.

Hier, le ministre Proulx a annoncé qu'à compter de septembre, les écoles cotées 8 auraient elles aussi dorénavant droit à une aide alimentaire.

«Avoir le ventre plein, ça fait partie de la réussite scolaire», a déclaré le ministre, en une phrase qui rejoint l'argument que martelait depuis des jours le Parti québécois.

Le ministre Proulx devrait d'ailleurs annoncer sa politique de réussite scolaire au cours des prochains jours.