Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, en a assez des déficits successifs à la Commission scolaire de Montréal. Un vérificateur sera nommé très bientôt pour «avoir la juste mesure de la situation financière de la commission scolaire», a fait savoir M. Bolduc jeudi matin.

Publié le 18 sept. 2014
Denis Lessard LA PRESSE

«Nous posons ce geste pour les élèves de Montréal», a-t-il soutenu en point de presse, lui qui étrangement était incapable de donner les chiffres pour les déficits qu'il dénonçait, accumulés depuis 2008. La CSDM a fait un déficit de 20 millions cette année, a-t-il soutenu avant de dire qu'il n'était pas certain des chiffres qu'il avançait.

Vérification faite, le déficit de la CSDM cette année était prévu à 29 millions, la commission avait proposé des compressions de 5,4 millions, il restait donc 24 millions à résorber pour l'année en cours. 

Le gouvernement a accepté que des commissions scolaires fassent des déficits, mais ces organismes se sont engagés à présenter des plans de redressement. Dans le cas de la CSDM, l'administration a demandé d'attendre un plan sur les cinq prochaines années. «Il est inacceptable que notre plus grande commission scolaire ne fasse pas l'effort de rigueur requis pour tendre vers une saine situation budgétaire (...) la situation a assez duré, nous allons être très fermes», a-t-il soutenu.

Le rapport du vérificateur est attendu «dans les prochains mois», s'est contenté de dire le ministre, qui ne voulait pas répondre aux questions sur d'autres sujets. En chambre il avait été à nouveau mitraillé sur la prime de 215 000 $ obtenue pour avoir accepté 1500 patients en médecine familiale, une clientèle laissée pour compte depuis les dernières élections.