Les droits de scolarité sont en voie d'augmenter de 46$ à 83$ par année. Le gouvernement Marois jongle en effet avec plusieurs scénarios d'indexation et tranchera au lendemain du Sommet sur l'enseignement supérieur, qui se tiendra les 25 et 26 février.

Tommy Chouinard LA PRESSE

Dimanche, le ministre Pierre Duchesne a rejeté une fois de plus la gratuité scolaire, en des termes plus fermes que jamais. La première ministre Pauline Marois a déjà indiqué que cette option n'est «pas possible». Québec préconise plutôt l'indexation. Il étudie plusieurs options qui s'inspirent des travaux de l'économiste Pierre Fortin.

Ainsi, les droits de scolarité augmenteraient de 46$ par année si Québec les indexe en fonction de l'indice des prix à la consommation. La hausse représenterait alors 2% par année.

Elle atteindrait 3% si le gouvernement tient compte de la hausse du revenu disponible par habitant des ménages, un autre scénario à l'étude. Les droits de scolarité bondiraient alors de 70$ annuellement.

La hausse la plus importante surviendrait si l'indexation est calculée en fonction de l'augmentation du coût de fonctionnement des universités (3,5%). La facture étudiante grimperait alors de 83$ par année. On se rapproche dans ce cas de la hausse annuelle de 100$ qui a prévalu de 2007 à 2011.

Selon les coûts de fonctionnement

Pierre Fortin privilégie la deuxième option, soit une hausse de 70$. «Indexer à la capacité de payer des familles serait un bon compromis en pratique. On se rapprocherait du coût de fonctionnement des universités, mais sans dépasser les moyens de nos gens», affirme-t-il dans un document qu'il a rédigé pour une table ronde de l'Institut du Nouveau Monde, samedi dernier à Québec.

Pierre Duchesne doit déposer sa propre proposition sur les droits de scolarité au cours du Sommet sur l'enseignement supérieur. Dans les coulisses, le gouvernement vante les travaux de M. Fortin sur cette question.

Farouche partisane de la gratuité scolaire, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) menace de boycotter le Sommet parce que les dés sont pipés, selon elle. Ses membres vont prendre position en congrès ce week-end.

L'ASSÉ chiffre à 668 millions de dollars le coût de la gratuité scolaire. Selon ses calculs, l'élimination des droits de scolarité et des autres frais exigés des étudiants représenterait une facture d'environ 700 millions de dollars à l'université et de 52 millions au cégep. Il faut retrancher à cette somme les économies que réaliserait l'État par l'abolition des crédits d'impôt (63 millions) et des bourses (66 millions), ajoute-t-elle. L'ASSÉ estime enfin que la gratuité scolaire entraînerait une hausse du nombre d'étudiants, ce qui coûterait 26 millions.

D'après Pierre Fortin, l'ASSÉ sous-estime la facture. Il estime plutôt que la gratuité scolaire coûterait 1,1 milliard de dollars.

Les coûts de la gratuité

Deux études prouvent selon lui que la gratuité attirerait entre 22 000 et 27 000 étudiants de plus à l'université. Comme il en coûte 20 000$ par année en moyenne pour former un étudiant, la facture serait de 440 à 540 millions. Il faut ajouter à cette somme les 600 millions que coûterait, au net, l'abolition des droits de scolarité, des bourses et des crédits d'impôt, ajoute M. Fortin.

Pierre Duchesne doit rendre publique au Sommet une évaluation du coût de la gratuité scolaire réalisée par ses fonctionnaires. Tout porte à croire qu'il arrivera à la même conclusion que Pierre Fortin. «Le coût de la gratuité dépasse vraisemblablement le milliard de dollars annuellement», a dit le ministre dimanche.