De Montréal à Sherbrooke en passant par Trois-Rivières et Gatineau, les Québécois se mobilisent pour venir en aide aux victimes du déraillement de train mortel survenu il y a bientôt près d'une semaine à Lac-Mégantic.

Mélanie Marquis LA PRESSE CANADIENNE

Veillées à la chandelle, dons à la Croix-Rouge, concerts-bénéfices: tous les moyens sont bons pour contribuer à l'effort collectif.

La plus récente initiative émane de deux Mégantiçoises d'origine. Soufflées par l'ampleur du drame, Katy Cloutier et Stéphanie Girardeau ont décidé de ne pas rester les bras croisés.

Elles ont mis sur pied un concert-bénéfice qui se déroulera mercredi prochain au National, à Montréal, dont le menu est particulièrement copieux.

Des prestations musicales seront entre autres offertes par Zachary Richard, Peter Peter, Pascale Picard Band et Jérôme Charlebois, tandis que les humoristes Jean-Thomas Jobin et Dominic et Martin auront pour mandat de dérider la salle lors de cette soirée animée par Sébastien Benoit.

La communauté artistique n'est pas la seule à mettre la main à la pâte. Les hockeyeurs Daniel Brière, Francis Bouillon, David Desharnais, Jason Pominville, François Beauchemin et Maxime Talbot offriront leur chandail à l'encan. La joueuse de tennis Aleksandra Wozniak remettra pour sa part l'une de ses raquettes.

Pendant ce temps, dans la petite municipalité, la vie reprend peu à peu son cours. Le drame qui s'est produit est encore sur toutes les lèvres - et il le sera probablement encore longtemps -, mais la résilience des citoyens est palpable.

Reste que le processus de deuil sera sans doute long et douloureux. L'église de Sainte-Agnès a ouvert ses portes vendredi en matinée afin de permettre aux citoyens de Lac-Mégantic de se recueillir.

Vers 11 heures, un peu plus d'une dizaine de personnes avaient ressenti le besoin d'aller s'y réfugier.

«Tu penses aux gens qui ont à subir ça, c'est un gros deuil pour eux autres (...) C'est une belle pensée de prendre un moment de recueillement pour ces êtres-là qu'on a aimés. C'est pas facile. J'en parle, pis ça me fait mal», a témoigné Jean-Denis Martel, la gorge nouée par l'émotion.

La petite église est sise dans une zone qui était inaccessible avant jeudi.

Une barrière est toujours debout face au sanctuaire, qui est situé à un jet de pierre de l'endroit où s'est produit le tragique déraillement de train.

Dans les rues qui jouxtent l'église, les camions de machinerie ne cessent de défiler avec leur chargement.

Le grondement d'une génératrice éveille de douloureux souvenirs pour Jacques Mayrand, qui a vu la tragédie se dérouler devant ses yeux: il lui rappelle le bruit sourd d'un train qui roule.

Reste qu'à compter de maintenant, estime-t-il, les citoyens peuvent commencer à panser leurs plaies.

«Je pense que les familles font juste commencer, a suggéré M. Mayrand. Pour les familles des disparus, ça va être plus long. Mais il faut reprendre nos activités quotidiennes.»

Le député libéral Yves Bolduc, qui a fait une apparition à Lac-Mégantic vendredi, a salué le courage et la détermination de la population de la ville estrienne.

«Je trouve que c'est une communauté qui est très, très forte, mais c'est une communauté qui vit beaucoup d'émotions actuellement, et les gens ont besoin de verbaliser», a-t-il affirmé.

La veillée à la chandelle qui devait se tenir en soirée à la polyvalente Montignac a été annulée. Par contre, d'autres auront lieu dans plusieurs villes du Québec, dont Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Sherbrooke.

La vague de sympathie qui a déferlé sur la province depuis la catastrophe ferroviaire qui a fauché une cinquantaine de vies ne passe pas inapercue à Lac-Mégantic.

«On se sent soutenus. Quand j'ai vu ça, à la grandeur du Québec, les veillées à la chandelle et les gens qui ont ramassé des fonds aussi rapidement, nos pompiers, les pompiers qui sont venus de l'extérieur, (je leur dis) un grand merci, et je ne sais même pas si merci c'est suffisant», a lâché Jacques Mayrand.