Des intempéries d’une moindre intensité se sont poursuivies au Québec dimanche. Après avoir été touchée par une alerte d’orage violent, l’Estrie s’est trouvée sous le coup d’une veille de tornades, comme plusieurs autres régions situées au sud du fleuve Saint-Laurent.

Mis à jour le 22 mai
Vincent Larin
Vincent Larin La Presse
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

Après avoir traversé Magog et être passé près de Sherbrooke, un orage s’est dirigé vers la Beauce dimanche après-midi. « Tout ça s’intensifie. Il y a une multitude d’orages à surveiller en ce moment en Montérégie et en Estrie », a souligné en fin de journée Jean-Philippe Bégin, météorologue à Environnement Canada.

Des veilles d’orages violents et de tornades ont été annoncées par Environnement Canada plus tôt dans la journée, après que de forts vents aient causé d’importants dommages dans plusieurs régions du Québec la veille et laissé des centaines de milliers de personnes sans électricité. « C’est pour toutes les régions au sud du fleuve Saint-Laurent, précise M. Bégin. La Montérégie, l’Estrie, la région de la Rive-Sud de Québec, et vers le Bas Saint-Laurent. »

Un front froid, qui se situait dimanche matin près de la baie Georgienne en Ontario et qui se trouve dorénavant dans la région de Charlevoix, est la cause des bouleversements. « On va avoir du temps beaucoup plus frais dans les prochains jours, avec des nuits à près de 5 degrés en Estrie, souligne M. Bégin. Ça donne une idée du changement de masse d’air qui est en train de s’opérer. »

L’Estrie, la Beauce et Montmagny-L’Islet ont de surcroît été concernées par des veilles de tornades dès le milieu d’après-midi. Ce qui ne signifie pas qu’une tornade va avoir lieu, explique M. Bégin. « Ça veut dire : soyez vigilants et à l’affût des avertissements qu’on pourrait émettre. »

Les régions d’Amqui et de la vallée de la Matapédia, de Kamouraska-Rivière-du-Loup-Trois-Pistoles, de Montmagny-L’Islet, de Rimouski et du Témiscouata, notamment, ont quant à elles été sous le coup d’une veille d’orages violents.

Au final, la journée a été plus calme qu’anticipée, possiblement en raison d’une température plus fraîche, a confirmé Alain Roberge, météorologue pour Environnement Canada, en soirée dimanche.

Une ligne d’orage de 300 kilomètres de long

Samedi, un inquiétant front orageux de 300 kilomètres de long s’est étendu du nord-ouest de l’Ontario jusqu’à la Réserve faunique des Laurentides, portant avec lui des rafales allant de 80 kilomètres/heure à 150 kilomètres/heure. De la grêle, parfois de la grosseur d’une balle de golf, s’est aussi abattue par endroit.

Le lendemain, les importants dégâts causés par les vents violents (routes jonchées d’arbres, poteaux électriques affaissés, toits de maison éventrés) étaient encore bien visibles dans plusieurs régions de la province.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Un arbre déraciné est tombé à proximité d’une maison de Val-Morin, dans les Laurentides.

À Val-Morin, dans les Laurentides, où près d’un client d’Hydro-Québec sur deux était privé d’électricité dimanche matin, des arbres déracinés étaient visibles presque à chaque coin de rue. Cette région était la plus affectée au niveau des pannes électriques selon le bilan de la société d’État de dimanche matin.

« Ça a duré 30-40 minutes, du vent très fort avec de la pluie. De ma fenêtre, j’ai vu un arbre tomber, puis deux, puis ça a été un domino », raconte Michael Manouk, un résidant de la rue Morin dont la voiture a été aplatie par une épinette.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Michel Manouk constate les dégâts causés sur sa voiture.

Au coin de sa rue, Michael Viau accueille les résidants du coin avec du café devant son épicerie, le Marché Val-Morin. L’homme a passé toute la nuit à alimenter ses frigidaires en glace, le temps de trouver des génératrices. « Je n’ai aucune idée de quand le courant va revenir, j’espère que ce ne sera pas trop long », se demande-t-il au moment où la municipalité demande à ses résidents connectés au réseau d’aqueduc de réduire leur consommation en raison des pannes électriques.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Michael Viau accueillait les résidants de Val-Morin avec du café devant son épicerie, dimanche.

Un peu plus loin, sur le chemin de la Rivière, des arbres sont tombés sur les deux voitures, le cabanon et la maison de Richard Duquette. « Ça s’est passé très vite. En dix secondes, l’un après l’autre, lance-t-il du bord de sa fenêtre.

Emprisonné chez lui par le tronc d’un conifère bloquant sa porte, l’homme raconte avoir eu l’aide d’un bon samaritain venu scier le billot. Locataire de sa maison depuis cinq ans, c’est la première fois qu’il assiste à une telle tempête.

Une mer de branchage

À Val-David, Stéphane Jeannerot est aidé de deux amis pour scier la mer de branchage qui s’entendait sur son terrain dimanche matin. « J’étais dans la rue juste à côté, le vent soufflait dans les arbres comme dans les images qu’on voit à la télévision [des ouragans en Floride] », dit-il.

Justement accoté au toit de sa coquette maison, un immense pin inquiète sa conjointe, Élisabeth Gibeau, au téléphone avec les assurances. « On attend de savoir qu’est-ce qu’on fait avec ça », soupire-t-elle.

Une longue file de voitures s’alignait devant le Dépanneur Voisin Jocelyn Villemaire inc, seule station-service à être alimentée en électricité grâce à une génératrice à Val-David dimanche en avant-midi.

Levée en fin de soirée, l’alerte d’orages violents envoyée par Environnement Canada samedi s’étendait de la Haute-Gatineau, en passant par le Grand Montréal, jusqu’à la réserve faunique des Laurentides.

Au plus fort de la tempête, samedi soir, quelque 550 000 clients d’Hydro-Québec ont été privés d’électricités.

Nombre de clients privés d’électricité

  • Laurentides : 112 152 sur 362 065
  • Lanaudière : 69 854 sur 263 240
  • Outaouais : 60 608 sur 224 649
  • Capitale-Nationale : 3 742 sur 434 813
  • Mauricie : 4 278 sur 168 051
  • Ensemble du Québec : 251 918 sur 4 492 115

Selon le bilan d’Hydro-Québec de 22 h 31

« Les évènements météo d’hier ont causé d’importants dégâts sur le terrain, ce qui a entraîné des pannes dans plusieurs régions du Québec », a indiqué Hydro-Québec, dimanche matin, précisant avoir déployé 400 équipes sur le terrain en vue de rétablir la situation.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a ensuite précisé sur Twitter que « plusieurs bris équipement [sic] » rendaient la tâche de reconnecter tous les clients d’Hydro-Québec « plus ardue ».

Six morts en Ontario, un au Québec

En Ontario, où a débuté la tempête, six décès et plusieurs blessés ont été rapportés en raison des vents forts d’une ligne d’orages aux rafales destructrices.

PHOTO MARTIN ROY, LE DROIT

Des voitures ont été endommagées près du chemin Merrivale, à Ottawa.

Au Québec, la police de Gatineau a indiqué qu’une femme de 51 ans est décédée lorsque le bateau dans lequel elle se trouvait a chaviré dans la rivière des Outaouais près de Masson-Angers, lors de la tempête de samedi.

Des vents forts ont été enregistrés à plusieurs endroits, notamment sur le lac Memphrémagog avec des rafales allant jusqu’à 151 km/h, à Trois-Rivières avec des pointes à 96 km/h et à Gatineau jusqu’à 90 km/h, samedi en fin d’après-midi. En Ontario, des pointes à 132 km/h ont été enregistrées dans la région de Waterloo.

Avec La Presse Canadienne