La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a conclu mercredi une entente de principe globale avec le gouvernement Legault, qui comprend tant les salaires que les conditions de travail. Les délégués des syndicats visés devront toutefois être consultés avant une approbation finale et officielle.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Je suis très heureuse d’annoncer une entente de principe globale avec la CSN, qui représente près de 155 000 employés. Cela fait en sorte qu’une entente de principe a été conclue avec près de 80 % des employés du secteur de la santé et 98 % des employés du secteur de l’éducation », s’est réjouie mercredi la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, sur Twitter, sans s’avancer davantage.

Dans un communiqué, la CSN, elle, s’est faite plus prudente, parlant plutôt « d’importantes avancées réalisées par les équipes de négociation du secteur public de la CSN aux diverses tables sectorielles ».

La CSN, qui représente 160 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et de l’éducation à travers quatre fédérations associées, consultera maintenant les délégués des syndicats au cours des prochains jours sur cette entente de principe globale.

Toutefois, c’est seulement si ces délégués entérinent l’entente de principe que le vote sera ensuite soumis aux membres, lors d’assemblées générales distinctes. La centrale syndicale n’a pas voulu dévoiler le contenu de l’entente avant qu’elle soit présentée aux délégués des syndicats concernés.

« Considérant que ces avancées répondent à plusieurs revendications que porte la CSN depuis le début de la négociation, tant sur le plan des conditions de travail et de pratique que sur celui des salaires et des autres matières intersectorielles, les fédérations du secteur public de la CSN recommanderont aux délégués de se prononcer en faveur de cette entente », a-t-on néanmoins déjà précisé.

Du progrès à l’APTS

Du côté de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), il y a aussi eu du progrès, mais à un stade moins avancé du processus.

Pour l’instant, l’Alliance dit avoir reçu une « offre patronale globale », sur laquelle son conseil national de négociation se penchait mercredi. S’il l’accepte, elle sera alors considérée comme une entente de principe.

Cette éventuelle entente de principe serait alors soumise au conseil général, puis, le cas échéant, aux 60 000 membres de l’APTS. Celle-ci représente des technologistes médicaux, des psychologues, des nutritionnistes et autres, qui travaillent dans les centres jeunesse et dans les établissements de santé.

Plus tôt mercredi, la FTQ a annoncé que son entente de principe, qui avait été conclue le 29 mai, avait été entérinée à 94 % par ses membres. Les conventions collectives qui couvrent 550 000 employés de l’État sont échues depuis le 31 mars 2020. Celles qui sont présentement négociées arriveront à échéance le 31 mars 2023.

Avec La Presse Canadienne