(Sherbrooke) Édith Blais, qui avait été enlevée au Burkina Faso en décembre 2018 pour n’être retrouvée saine et sauve que le 13 mars dernier au Mali, après avoir échappé à ses ravisseurs, est rentrée chez elle à Sherbrooke.

La Presse canadienne

Son copain, Luca Tacchetto, qui avait lui aussi été kidnappé avec Mme Blais il y a 16 mois, est quant à lui retourné chez lui, en Italie, il y a plusieurs jours.

Édith Blais a écrit un communiqué que sa famille a diffusé à plusieurs médias jeudi soir. Elle affirme qu’elle est en bonne santé et qu’elle se sent bien physiquement et mentalement.

Elle remercie tous les gens qui les ont appuyés, elle et son copain, et qui ont pris à cœur leur bien-être. Elle ajoute que son cœur est maintenant avec tous les gens qui souffrent en cette période critique de pandémie de COVID-19.

Mme Blais écrit que la vie est remplie de combats et invite les gens à garder espoir tous ensemble et à prendre soin les uns des autres.

Le communiqué reproduit par les médias ajoute que la famille d’Édith Blais remercie le gouvernement du Canada pour le temps investi auprès d’elle et auprès des autres familles d’otages, celles pour les enlèvements ayant précédé ceux d’Édith et Luca, et celles qui sont encore aux prises avec un tel drame.

La Québécoise âgée de 35 ans et son compagnon ont échappé à leurs ravisseurs avant d’intercepter un véhicule civil qui les a conduits jusqu’à un point de contrôle de la Force de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (MINUSMA). Ils ont ensuite été escortés par les Casques bleus jusqu’à un camp de la MINUSMA à Kidal, au nord du Mali.

Le lendemain, ils ont été transportés par un avion officiel de l’ONU jusqu’à Bamako, la capitale du Mali.