Environ 1600 élèves ont été évacués d’urgence sous une pluie battante, vendredi soir à l’école secondaire Héritage, dans le secteur de Saint-Hubert. Ils avaient plus tôt été placés en confinement « préventif » pendant près de quatre heures. La raison: un jeune homme a proféré des menaces à l'endroit de la direction et d'élèves.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« On parle de menaces somme toute assez sérieuses, mais je ne m’avancerai pas sur le détail », a indiqué le sergent Patrick Barrière, du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), en marge d’une mêlée de presse après l’évacuation. D’abord formulées sur les réseaux sociaux, ces menaces auraient rapidement fait l’objet de signalements au 911, en début d’après-midi.

Un périmètre de protection policier a été érigé autour de l’école entre 15 h et 19 h. Toutes les entrées et les sorties de l’école ont été bloquées. Élèves et enseignants ont donc dû patienter de longues heures dans leurs classes, avant d’être dirigés vers des autobus ou les voitures de leurs parents. Heureusement, personne n’a été blessé.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Nos policiers ont d’abord voulu s’assurer que les jeunes étaient en sécurité. Il y a un protocole très strict qui a été appliqué avec les profs et la direction.

Patrick Barrière, de la police de Longueuil

La menace a finalement été « circonscrite » en début de soirée, lors de l’arrestation d’un jeune homme de seulement 14 ans à son domicile, à Chambly. Le suspect ne fréquentait pas l’école. Il rencontrera « prochainement » les enquêteurs de la police de Longueuil. Ceux-ci pourront ensuite donner plus de détails sur la nature des accusations qui pourraient être déposées. On ignore si le suspect était connu des policiers.

Des intervenants psychosociaux ont été dépêchés sur les lieux, afin de soutenir les élèves évacués. Selon nos informations, certains jeunes ont été traités pour des crises d’angoisse, et pourraient faire l’objet d’un suivi plus serré dans les prochains jours.

Un historique qui inquiète

Préoccupés, des parents d’élèves rappellent que ce n’est pas la première fois que l’école Héritage fait l’objet de menaces à Saint-Hubert. En février 2019, un homme de 25 ans originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu avait aussi été arrêté pour avoir proféré des menaces en ligne à l’endroit de cette même école secondaire. La situation avait, là encore, forcé le confinement de l’école pendant plusieurs heures.

« C’est surtout stressant pour les enfants, qui sont tous coincés dans leurs classes sans trop savoir ce qui se passe. Mon plus jeune était pas mal inquiet », confie Gary Millan, un père de famille rencontré peu après les événements.

Si la multiplication de ces incidents n’est pas rassurante, elle n’est pas non plus alarmante, ajoute-t-il. « Pour moi, c’est déjà la deuxième fois en deux ans que ça se produit, mais malgré tout, je pense qu’avec le déploiement policier qu’on voit ici, on peut se sentir en sécurité », souligne M. Gary.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Jennifer Brethour venait de récupérer sa fille quand La Presse l’a rencontrée, sur le bord de la route. « Ce soir, c’était assez stressant pour nous tous », lance-t-elle, visiblement bouleversée. Comme elle, des dizaines de parents s’étaient rassemblés autour des lignes policières peu avant l’évacuation, en quête d’informations, en dépit du fait que la police avait demandé aux résidents de ne « pas venir chercher leurs enfants ».

Avec le recul, Mme Brethour tient toutefois à remercier la direction de l’école Héritage pour son professionnalisme. « Ils ont vraiment bien fait leur job. On doit souligner qu’ils ont gardé nos enfants très calmes, et surtout, qu’on a été tenus au courant tout au long de la situation », témoigne-t-elle.

Un « débriefing » à venir

Dans un message diffusé sur la page Facebook de l’école Héritage, vendredi soir, la directrice de l’établissement, Sujata Saha, s'est directement adressée aux parents. « Nous savons que cela vous a inquiété, vous et vos enfants, a-t-elle écrit. Nous ferons un débriefing avec vos enfants la semaine prochaine. »

Entre-temps, Mme Saha rappelle que des services de soutien demeurent disponibles à l’école « si votre enfant souhaite parler à quelqu’un ». Pour ceux et celles qui souhaiteraient de l’aide dès ce week-end, l’école suggère de contacter le 811 ou le centre de crise L’Accès, ouvert 24 heures sur 24 à Longueuil.

« Comme toujours, la sécurité de vos enfants reste notre priorité absolue à tout moment », ajoute la directrice de la plus grande école secondaire anglophone au Québec.