Une hôtesse qui travaillait dans les loges du Centre Bell depuis 19 ans et qui a perdu son emploi après avoir discuté de syndicalisation avec des collègues aura droit à une indemnisation de 22 000 $, puisque le tribunal du travail a déterminé que son congédiement était abusif.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Isabelle Malépart travaillait dans la loge du Réseau des sports deux ou trois fois par semaine, lors des parties de hockey et des spectacles. Les hôtesses sont employées d’une agence de placement, Thomson Tremblay, qui fournit le personnel au Centre Bell pour divers événements.

En janvier 2017, Mme Malépart discute de la possibilité d’être représentée par un syndicat avec plusieurs autres hôtesses. Quelques jours plus tard, elle reçoit un appel de sa supérieure qui lui annonce qu’elle est suspendue de ses fonctions pendant une enquête de son employeur, car elle aurait « dit de mauvaises choses sur nous ». Elle est convoquée par le président de Thomson Tremblay, Frank Bertucci Sr.

Au cours de la rencontre, il n’est question que de ses discussions en lien avec un syndicat, et aucunement de sa performance au travail, apprend-on en lisant la décision du juge administratif Guy Blanchet, rendue le 14 février.

Sans nouvelles des conclusions d’une quelconque enquête, Isabelle Malépart dépose une plainte un mois plus tard pour congédiement injustifié auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), qui porte l’affaire devant le tribunal du travail.

Elle aura gain de cause en mai 2019. Le jugement rendu il y a deux semaines concerne le montant de l’indemnisation à laquelle elle a droit.

« Trahie et humiliée »

L’ancienne hôtesse « s’est sentie trahie et humiliée de son congédiement », peut-on lire dans le jugement. « Après 19 ans de loyaux services sans aucun reproche quant à la qualité de son travail, on ne lui fournit aucun motif quant à sa suspension. »

L’employeur invoque devant le tribunal des insatisfactions de la part des clients, mais n’en fournit aucune preuve, souligne le juge.

« Il est vrai qu’une fin d’emploi est un événement traumatisant. Que dire cependant quand l’employeur ne vous donne pas les motifs de votre congédiement ? Quand vous vous doutez des motifs, mais que l’employeur ne veut pas les confirmer ? Quand il invoque une insatisfaction du client sans même en faire la preuve ? », demande le magistrat.

« Le Tribunal ne peut conclure qu’une chose : la fin d’emploi de la demanderesse est en lien direct avec ses conversations avec des collègues hôtesses au sujet d’une possible syndicalisation. Il y a effectivement eu atteinte au droit à la liberté d’association de la demanderesse protégé par la Charte. »

Isabelle Malépart a donc droit à 5000 $ pour dommages moraux, 5000 $ pour dommages punitifs, 3000 $ pour perte de salaire et 8000 $ pour perte d’emploi, ainsi que 1000 $ d’intérêts, pour un total de 22 000 $.

Personne chez Thomson Tremblay n’a souhaité répondre à nos questions au sujet de cette décision.