Plus qu’un simple défilé de déguisements, le festival Otakuthon est un passage obligé pour les fans de mangas et les gamers de ce monde, rassemblant chaque année 22 000 personnes. Ces adeptes du costume se métamorphosent en réplique exacte de leur personnage favori du moment. Ils étaient au rendez-vous hier au Palais des congrès et continueront de déambuler jusqu’à demain.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Sarah Mongeau-Birkett Sarah Mongeau-Birkett
La Presse

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Ces deux amies de longue date ont décidé d’explorer l’univers de Neon Genesis Evangelion, classique du dessin animé japonais. Leur version des protagonistes Asuka Soryu et Rei Ayanami est confondante. « C’est ici que notre amitié est née, et depuis quatre ans, on revient ensemble », racontaient les deux jeunes femmes, qui n’ont pas voulu être nommées.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Aucun détail n’est négligé pour ressembler à Violet Evergarden, l’héroïne de la série nippone du même nom. Perruque fantaisiste, verres de contact colorés, maquillage élaboré. « En tant qu’étudiante étrangère, Otakuthon m’a permis de rencontrer facilement des gens qui partagent les mêmes intérêts que moi », a confié cette jeune universitaire qui a préféré taire son identité.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

« C’est mon premier cosplay et j’ai conçu mon costume moi-même », affirme fièrement Damien, vêtu de l’uniforme d’un soldat de la franchise Fallout. À ses yeux, le festival crée un fort sentiment d’appartenance, en plus d’être l’occasion de partager sa passion et d’en discuter au sein d’une communauté respectueuse.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Jack, alias Dante de la série de jeux vidéo Devil May Cry, était l’un des coups de cœur de la journée d’ouverture d’Otakuthon. L’élaboration de son costume a duré trois semaines. « C’est un moment de grande fierté quand les gens devinent qui tu représentes. J’ai voulu faire honneur à Dante, un personnage complexe et fascinant », a-t-il expliqué.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

L’histoire d’amour de Sébastien et Alexandra a débuté dans une « convention » de cosplay, alors qu’ils étaient costumés de la tête aux pieds. C’est main dans la main qu’ils défilaient hier au rez-de-chaussée de Palais des congrès pour montrer le fruit de leur créativité. Alexandra a jeté son dévolu sur Inu Yasha, le mythique héros de manga, et son partenaire incarnait Nier, personnage du jeu Automata.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Un duo très dur à battre : Stéphane, version revisitée du pokémon Snorlax, et Joel, son dresseur. « On est là pour rencontrer des gens et avoir du fun ensemble ! Je dois avouer que je dois garder mon ami près de moi, car j’ai besoin de son aide pour sortir du costume », a ajouté Stéphane. Joel est d’ailleurs l’ingénieur de ce costume élaboré qui a nécessité cinq mois de travail acharné. La structure comporte des fils électriques qui illuminent le tout. Les deux acolytes recevaient les regards admiratifs de tous les visiteurs.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Virginie, Justin et Mathias sont Yuzuriha, Senku et Kinro de l’anime encore peu connu du grand public Dr. Stone, le temps d’une fin de semaine. Cet amusant trio débordait d’enthousiasme. « Cette série est tellement bonne : il fallait qu’on se costume à son effigie pour la faire connaître », a dit Justin. Virginie a passé une quasi-nuit blanche pour parfaire ces costumes au réalisme saisissant.