C’est un geste de réconciliation comme on en voit peu au Québec.

Isabelle Hachey Isabelle Hachey
La Presse

À vrai dire, on n’avait encore jamais vu ça.

Pour la première fois de notre histoire, un promoteur immobilier a décidé de restituer à une communauté autochtone une partie de ses terres ancestrales.

Et pas n’importe lesquelles : on parle ici de la plus célèbre pinède de la province… celle qu’un maire s’est obstiné à vouloir raser, en partie, pour agrandir un terrain de golf.

C’était il y a 29 ans. La pinède était, bien sûr, l’épicentre de la crise d’Oka. On ne pourra jamais effacer de notre mémoire collective la tension, les barricades, les Warriors masqués, le policier tombé sous les balles, l’armée appelée en renfort.

La crise a marqué les esprits. Mais si l’onde de choc a été ressentie dans tout le Québec, nulle part ne l’a-t-elle été avec autant d’intensité qu’au sein même de la communauté mohawk de Kanesatake.

Les Mohawks ont peut-être remporté une victoire, à la fin de cet été brûlant de 1990, en forçant le maire d’Oka de l’époque, Jean Ouellette, à renoncer à son projet fou d’expansion du golf municipal.

Mais à quel prix ?

Pour eux, les lendemains de crise ont été durs. La communauté s’est entredéchirée. Les négociations avec Ottawa – qui a reconnu en 2008 que leurs terres n’auraient jamais dû être vendues à des colons blancs – ont traîné en longueur.

C’est dans ce contexte qu’un riche propriétaire terrien de la région, Grégoire Gollin, entend céder 60 hectares de la pinède au conseil de bande de Kanesatake. L’équivalent de deux parcs La Fontaine, à Montréal.

« En tant que citoyen, je n’ai pas à attendre après le gouvernement pour contribuer à la réconciliation », a-t-il expliqué à La Presse canadienne.

M. Gollin espère aussi vendre 150 hectares de terrains supplémentaires au gouvernement fédéral, afin que ce dernier puisse les restituer aux Mohawks.

C’est une excellente nouvelle, qui n’a peut-être pas reçu toute la couverture médiatique qu’elle méritait.

Je m’attendais donc à vous raconter une histoire réjouissante lorsque j’ai appelé le maire d’Oka et le grand chef de Kanesatake pour en savoir davantage.

Stupéfaction : le premier a brandi le spectre d’une nouvelle crise d’Oka ; le second a évoqué la possibilité de se faire battre à coups de bâton de baseball.

Bref, la belle histoire dérape. Dangereusement.

Comment a-t-on pu en arriver là ?

***

Les tensions couvaient depuis un bon moment entre le maire Pascal Quevillon et le grand chef Serge Simon.

Des tensions provoquées, comme toujours, par des projets de construction immobilière sur des terres revendiquées par les Mohawks.

Ces derniers temps, les deux élus ont pris l’habitude de communiquer par l’intermédiaire de… mises en demeure.

C’est vous dire à quel point leurs relations se sont refroidies, eux qui se sont donné une poignée de main historique, il y a quatre ans, lors du 25e anniversaire de la crise d’Oka.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le grand chef de Kanesatake, Serge Simon, et le maire d'Oka, Pascal Quevillon, échangent une poignée de main à l'occasion du 25e anniversaire de la crise d’Oka, le 11 juillet 2015. 

Les beaux projets de M. Gollin ont fait déborder le vase. Loin d’y voir un geste de réconciliation avec les Mohawks, Pascal Quevillon y voit une « expropriation déguisée » qui mènera, d’ici 20 ou 30 ans, à la disparition du village d’Oka.

C’est que M. Gollin possède « 95 % des terres développables » d’Oka, dit M. Quevillon. Si le conseil de bande de Kanesatake met la main sur ces terres, Oka se retrouvera « enclavé » en territoire mohawk.

Autant signer tout de suite l’arrêt de mort du village, rage le maire.

« Sur le territoire de Kanesatake, dit-il, c’est des cabanes à cigarettes, des cabanes à pot, des sites d’enfouissement [illégaux]. Il n’y a pas un cours d’eau qui n’est pas contaminé. »

« La journée qu’on va avoir ça à l’entrée du village, c’est sûr que plus personne ne va vouloir venir s’installer à Oka. Nos maisons vont perdre de la valeur, [les Mohawks] vont les acheter au rabais… »

C’est comme ça que le village sera englouti, prédit-il. « Ça va être assez rapide. »

M. Quevillon ne mâche pas ses mots.

Il accuse le grand chef Simon d’être « incapable de contrôler ce qui se passe sur son territoire » et conseille aux Mohawks de « faire le ménage chez eux avant de penser à acquérir des terres et enclaver le village d’Oka ».

Pour faire le point, le maire réunira ses concitoyens, ce soir, à l’église du village. Ça va chauffer, promet-il. « Les citoyens d’Oka en ont assez de se faire traiter de voleurs, de se faire dire qu’ils ne sont pas chez eux… »

Si ça continue, le Québec aura droit à une reprise de la crise d’Oka cet été, prévient-il. « Mais ça ne va pas venir des citoyens de Kanesatake. Ça va venir des citoyens d’Oka. »

***

Le grand chef Serge Simon craint lui aussi une deuxième crise d’Oka. Seuls les acteurs ont changé ; le scénario est resté à peu près le même.

En 1990, c’était l’intransigeance du maire d’Oka de l’époque qui avait mis le feu aux poudres.

Mais, au fond, c’était surtout « le racisme, la méfiance et la peur envers les Mohawks » qui étaient en jeu, déplore le grand chef.

Exactement comme aujourd’hui.

« Le maire ne s’oppose pas à un développement, mais aux Mohawks eux-mêmes ! », s’insurge M. Simon.

La perception de M. Quevillon, « hautement raciste » aux yeux du grand chef, c’est que toute terre cédée à la communauté mohawk deviendra aussitôt une « dompe ».

Un lieu malpropre, sans foi ni loi, que tout le monde s’empressera de fuir comme la peste.

Convenons-en, le maire d’Oka a choisi d’adopter un discours incendiaire, qu’on n’aurait pas cru entendre de la bouche d’un élu québécois en 2019.

Convenons aussi d’une autre chose : rechigner à l’idée d’être vraisemblablement « enclavés » en territoire autochtone, ça risque de mal passer auprès d’autochtones… enclavés dans un territoire qui n’a pas cessé de rétrécir au fil des décennies !

« Nous, on n’a pas l’intention de déplacer quiconque », encore moins d’étouffer le village d’Oka, assure M. Simon.

Au contraire, dit-il, une fois développées, ces terres restituées auront besoin de services municipaux – recyclage, ramassage d’ordures, déneigement – que le village d’Oka sera appelé à offrir et pour lesquels il bénéficiera de paiements de compensation d’impôts.

Mais, ça, ce n’est pas ce que le maire Quevillon racontera ce soir aux citoyens réunis à l’église d’Oka, regrette M. Simon, qui accuse son homologue de « répandre la désinformation » et de tenter de « soulever son peuple » contre les Mohawks.

« Si quelqu’un décide de me battre avec une batte de baseball, je vais poursuivre le maire, parce que c’est lui qui a créé tout ça. »

Le grand chef tiendra aussi le maire responsable en cas d’échec des négociations avec Ottawa. En jeu, des dizaines de millions de dollars promis en compensation des territoires revendiqués.

Après des années d’efforts, le conseil de bande n’a jamais été aussi près d’obtenir un règlement, souligne M. Simon dans une récente mise en demeure adressée à M. Quevillon.

« Votre réponse, en tant que maire d’Oka, a été d’essayer d’obstruer et de faire dérailler le processus », lui reproche-t-il.

« Comme ce fut le cas en 1990, nous ne pouvons pas laisser cela se produire. »

Il est plus que temps de cesser de jeter de l’huile sur le feu.

Aucun Québécois n’a envie de revoir ce film.