• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Un projet immobilier directement sur les berges à Sainte-Marthe-sur-le-Lac 
Source ID:b40d1eced392367e8dde15f955e825c8; App Source:StoryBuilder

Un projet immobilier directement sur les berges à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

(Sainte-Marthe-sur-le-Lac) Un important projet de 16 immeubles résidentiels pourrait voir le jour directement sur le site de l'ancienne marina de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, une zone pourtant inondée il y a à peine trois semaines.

En pleine zone inondée il y a à peine trois semaines, un important projet de 16 immeubles résidentiels pourrait voir le jour sur les berges sablonneuses du lac des Deux Montagnes, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Un projet qui laisse perplexes des experts interrogés par La Presse.

En l'absence d'étude d'impact environnemental, les élus municipaux ont approuvé un changement de zonage de l'ancienne marina Plage Roger il y a environ un an. Déjà, les quais ont été démantelés par le promoteur.

Un important projet de 16 immeubles... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Ce changement de zonage, décrété sans consultations publiques, permettra la construction d'environ 90 appartements sur le site de l'ancienne marina, autrefois considéré comme un joyau des Basses-Laurentides. Le conseil municipal s'est basé sur un certificat de localisation datant de 2015, dont La Presse a obtenu copie, stipulant que la marina n'était pas située en « zone d'inondation ».

Chemin faisant, le conseil a fait abstraction d'un décret du gouvernement adopté après les inondations de 2017, et valide jusqu'en janvier dernier, conférant à la municipalité un statut de « zone d'intervention spéciale ».

Selon François Brissette, hydrologue et professeur au département de génie de la construction à l'École de technologie supérieure (ÉTS), « il est inimaginable que le gouvernement puisse approuver un projet de ce genre ». 

La petite municipalité de la couronne nord a été fortement touchée par les inondations ce printemps, après la rupture d'une digue, le 27 avril dernier. À la marina, des sacs de sable sont encore empilés le long de la berge. Quelque 6000 personnes ont été évacuées, et hier encore, ils étaient 2514 à l'être.

Le promoteur est Construction MA Taillon, entreprise de Blainville très active dans le domaine de l'habitation neuve. L'entreprise n'a pas encore ouvert de bureau de vente sur les vestiges de la marina, mais il fait déjà la promotion de son projet « Domaine de la Marina », dans une vidéo publiée sur YouTube.

Au moment de la rupture de la digue, l'entrepreneur André Taillon attendait l'autorisation finale du ministère de l'Environnement. Selon lui, tout est conforme, même si le sous-sol de sa résidence, voisine de la marina, a été inondé il y a quelques semaines.

Espèces fragiles

À l'hôtel de ville, aucune expertise environnementale indépendante n'a été demandée. Or, même si la marina n'est pas située en milieu humide, les eaux du lac des Deux Montagnes sont reconnues pour abriter la tortue géographique, une espèce considérée comme vulnérable, qu'on ne retrouve qu'en Amérique du Nord. Y vit aussi le dard des sables, un poisson vulnérable, dont l'habitat est perturbé par les constructions et les activités humaines.

Joint par La Presse, l'entrepreneur André Taillon a indiqué qu'il avait dépensé beaucoup d'argent pour acheter la marina, sans préciser combien. Il insiste pour dire qu'il ne construira pas une tour, mais un projet intégré, sorte de petit quartier, sur une superficie d'un peu plus de 21 210 m2 carrés (triplex de deux étages, avec rez-de-chaussée et sous-sol).

« J'ai soumis plusieurs fois des plans d'architecte à la municipalité, il y a eu toute la question de la conformité des égouts, du réseau sanitaire. Tout est conforme. Avec la digue reconstruite, ce sera encore mieux. Ce quiest important de comprendre, précise M. Taillon, c'est que je n'aurais pas acheté si la marina avait été située dans une zone inondable. »

Un important projet de 16 immeubles... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Jointe dans ses bureaux entre deux rencontres avec des citoyens, la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus, a confirmé que le feu vert avait été donné à l'homme d'affaires, avec avis favorable du comité consultatif d'urbanisme. Cependant, elle ne peut pas se prononcer sur l'avenir.

« Je peux vous dire qu'il ne s'agit pas d'un milieu humide. C'est du sable, sec, sec, sec à cet endroit. Mais, avec la cartographie de notre municipalité présentement à l'étude, je ne peux pas m'avancer sur l'avenir, dit Mme Paulus. Il n'y a pas grand-chose que je vais pouvoir faire si la zone est décrétée inondable. »

André Bessette est un ancien conseiller municipal du district près de la marina, ancien membre de l'équipe de la mairesse. Lors d'un entretien, il a expliqué que le projet était en « pourparlers » quand il a décidé de se retirer de la vie politique.

« Quand on regarde le projet, on peut se dire un gros non, mais il faut comprendre que le tiers de notre population vit dans le secteur qui a été inondé. La Ville a déjà été en tutelle, sur le bord de la faillite, elle a besoin de ses revenus de taxes. Et, surtout, où vont aller les gens ? », se demande-t-il.

Des citoyens mécontents

Dans le voisinage de la marina, des Marthelacquois se sont enflammés sur les réseaux sociaux quand le projet a été approuvé. De nombreux citoyens, comme Stéphane Lafleur, qui regardait encore les dégâts laissés par les inondations cette semaine, ont dénoncé une « destruction du patrimoine », « un paysage ruiné ». M. Lafleur a même l'intention de se porter candidat aux prochaines élections pour avoir son mot à dire.

Dans l'hebdomadaire local, la mairesse a affirmé l'automne dernier que « [l]a vue sur le lac des Deux Montagnes restera[it] intacte ». Elle a parlé d'un projet qui mettrait « en valeur un site exceptionnel », avec des quais pour les futurs propriétaires. À l'époque, rien ne laissait présager les inondations.

Sonia Paulus, mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Sonia Paulus, mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Au ministère des Affaires municipales et de l'Habitation, on explique qu'il n'y a pas encore de moratoire sur la construction pour le territoire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

« Cette ville faisait partie des 210 municipalités sur le territoire où une zone d'intervention spéciale a été mise en place à la suite des inondations de 2017, précise cependant Pierre-Luc Lévesque, de la direction des communications du Ministère. Cette zone d'intervention spéciale (0-20 ans) a cessé d'avoir effet le 20 janvier 2019, comme le prévoyait le décret gouvernemental. »

Le portrait pourrait encore changer. La semaine dernière, la Communauté métropolitaine de Montréal a confirmé que des experts remettaient actuellement les cartes à jour. Des annonces sont attendues fin juin pour les différentes villes touchées. Jusqu'à 1500 maisons pourraient être considérées comme inondables à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, et ce, malgré l'annonce de la reconstruction de la digue par le gouvernement de la Coalition avenir Québec. Ces nouvelles cartes pourraient compromettre l'important projet, même si l'entrepreneur a encore espoir de commencer les travaux sous peu.

« Pour l'instant, je ne vois pas de problème. J'attends les confirmations du gouvernement. Il y en a partout, des digues, au Québec. Je me dis que ça va être encore mieux avec la nouvelle digue. »

L'avis des experts

François Anctil, professeur au département de génie civil et de génie des eaux de l'Université Laval, estime qu'il faudrait profiter des inondations pour faire un grand ménage dans toutes les façons de construire au bord de l'eau. « Dans le fond, ce n'est pas la faute aux maires ou mairesses, ils font leur job, ils veulent développer leur ville. Mais le cadre de construction a été laxiste dans le passé. On a une occasion unique de réfléchir. Le risque zéro n'existe pas, même avec une digue. Il faudrait carrément adopter un plan d'adaptation climatique. »

Danielle Pilette, professeure associée au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM, estime que le projet semble aller à l'encontre des principes de la Politique provinciale de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, selon laquelle il est interdit de réaliser des constructions, des ouvrages ou des travaux sur les rives ou le littoral de lacs et de cours d'eau. Certaines réalisations peuvent toutefois faire l'objet d'une autorisation, notamment par la municipalité. Selon Danielle Pilette, tant qu'à construite, une tour en hauteur aurait été préférable à des triplex. « Avec 16 immeubles, le risque d'inondations est multiplié. Mieux vaut des stationnements au niveau du sol, avec une tour, comme à l'île Paton de Laval. Mais est-ce que c'est ça qu'on veut ? Malheureusement, on accorde des conformités pour des raisons politiques plus que techniques. »




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer